Quelque 200 personnes se sont mobilisées le week-end dernier pour la sixième édition du Festival de la Solidarité, organisé par l’Organisation des affaires sociales de Roches-Brunes, une organisation citoyenne des habitants de ce quartier périphérique de Beau-Bassin/Rose-Hill. Cette année, le festival a été placé sous le thème « Nos villes et villages ont du talent ».
« Il ne suffit pas de se dire « solidaire » pour l’être. Il faudrait certainement comprendre avant tout pourquoi être solidaire, puis vivre ces moments sans retour d’intérêts et en prenant ses responsabilités jusqu’au bout », affirme Claire Némorin, la présidente de cette sixième édition du Festival de la Solidarité. Elle tente ainsi d’expliquer le sens de ce festival organisé cette année pour la sixième fois.
« Comme la solidarité est un principe collectif, par l’échange, le partage et la découverte d’autrui, le festival permet, le temps d’un week-end, des rencontres fructueuses, véritables tremplins pour entrer dans l’action », poursuit notre interlocutrice.
En effet, l’effervescence qui a marqué les activités ce sixième Festival de la Solidarité à Roches-Brunes témoigne du fait que le but des organisateurs a été atteint. « Notre objectif premier, c’est de permettre aux habitants de Roches-Brunes et des alentours de mieux se connaître, car nous savons tous comment petit à petit les gens ont tendance dans un quartier à se recroqueviller dans leur coquille, à rester sur eux-mêmes. Ce festival vise à faire sortir les gens de chez eux pour aller à la rencontre des autres ».
Pour cela, les concepteurs du festival, qui en est à sa sixième édition, ont imaginé une série d’activités. « D’abord, ces activités se déroulent sur deux journées, le samedi 2 et le dimanche 3 août. Puis, elles sont divisées en six catégories : les jeux concours, les coins des enfants, le resto, le marché aux puces, les échoppes et le podium animation. Chacune de ces activités concourt à inciter les participants à faire montre de solidarité ».
Ainsi, le marché aux puces a-t-il permis aux visiteurs d’acheter des articles à des prix défiant toute concurrence. « Permettre aux gens d’accéder à des produits à bas prix est déjà une marque de solidarité ».
Puis, comme le festival devient d’année en année populaire et que les gens l’attendent avec impatience, les organisateurs arrivent à faire un petit bénéfice. « Notre but, ce n’est pas de nous faire de l’argent. Et comme, contrairement au début, nous commençons à faire un petit bénéfice, nous avons décidé cette année de dédier l’argent ainsi récolté à quatre organisations non gouvernementales engagées à améliorer la qualité de vie de nos compatriotes ». Ces quatre organisations sont Kinouété (qui apporte réconfort et soutien aux ex-détenues en réhabilitation), Women Help Our Children (qui lutte contre l’exclusion sociale), Sponsor A Child (qui va parrainer deux élèves de Standard V de l’école primaire de Roches Brunes) et le Comité Bien-Être Camp-Levieux/Trèfles/Plaisance (association qui encadre les enfants de rue).
Les activités sportives et autres, durant le festival, donnent également l’occasion aux participants de mieux se connaître et de se solidariser davantage. « Comme pour impliquer un maximum de personnes, nous avons réparti ces activités sur pas moins de quatre sites de la région. En l’occurrence, le Parcours de santé Claude Cavalot (où se tiennent le podium animation, le marché aux puces, les Jeux Familles, le Tug-of-war, les échoppes et l’athlétisme), le terrain de foot Nelson Mandela (les tournois de foot), le Complexe sportif et social Monique Rayeroux (pour les jeux en intérieur — domino, quiz, fléchettes, carrom et basket-ball), et les routes de Roches-Brunes (pour le rallye pédestre, la chasse au trésor et le marathon) ».
Suivant l’esprit du thème « Nos villes et villages ont du talent », les échoppes de ce 6e festival ont été également ouvertes à des personnes habitants hors des frontières de la ville. « Des gens venus d’ailleurs et qui souhaitaient démontrer ce qu’ils pouvaient faire ont pu louer nos échoppes ; une façon également de démontrer que notre association, l’Organisation des affaires sociales de Roches-Brunes, n’est plus une organisation de quartier mais se donne désormais une dimension nationale. Choses que nous allons renforcer durant nos prochaines éditions du festival, si Dieu le veut ».
Pour renforcer cet esprit de solidarité, les organisateurs du festival ont bénéficié du soutien d’un nombre important de partenaires/parrains ainsi que celui de particuliers. « Nous nous réjouissons que petit à petit les gens comme les opérateurs économiques comprennent notre message de solidarité », conclut Claire Némorin.