Le cas de Claude Wong So, Chairman de la Rodrigues Airport Authority et de la Road Development Authority, fait surface davantage en tant que Chief Executive Officer de la State Land Development Authority (SLDC). Cette dernière institution tombant sous la tutelle du ministère des Finances a été l’une des premières à être “nettoyées” suivant le retour de Pravind Jugnauth, leader du MSM, à l’hôtel du gouvernement. Le Chairman de la SLDC, le Mr Smart City de l’ère Lutchmeenaraidoo, Gaëtan Siew, avec des allocations mensuelles de Rs 70 000, a été remplacé par Gérard Sanspeur, Senior Adviser aux Finances, et un des hardliners du clan Jugnauth.
Mardi à l’Assemblée nationale, en réponse à une interpellation du Whip du MMM, Rajesh Bhagwan, le Grand Argentier a été forcé de lever le voile sur les termes et conditions de service du Chief Executive Officer, Claude Wong So, qui se trouve propulsé dans le club très select des rares Mauriciens avec des salary packages de quelque Rs 500 000 par mois, en y incluant les allocations en tant que Chairman de la Rodrigues Airport Authority et de la RDA sans compter les consultant fees probables dans la construction, le foncier et l’immobilier.
 Depuis le 16 septembre 2015, Claude Wong So occupe les fonctions de CEO de la SLDC, avec un contrat de trois ans pour un package global de Rs 14,3 millions. Le ministre des Finances a révélé à l’Assemblée nationale que les salaires de base de Claude Wong So sont de Rs 275 000, avec également une Entertainment Allowance de Rs 20 000 par mois, des allocations de chauffeur de Rs 20 000 par mois et Rs 20 000 pour la consommation mensuelle de carburant, soit des salaires bruts de Rs 335 000. À cela viennent se greffer deux mois de salaires, soit Rs 550 000 sous forme de gratuity pour chaque année de service, un billet d’avion en classe affaires pour le trajet Maurice-Londres-Maurice ou 5% des salaires pour chaque année, une voiture avec une capacité de 2 000 cc, sans oublier les 21 jours de congé de maladie et 21 jours de congé de détente.
 L’ancien Chairman de la SLDC, Gaëtan Siew, était également en vedette. En tant que Co-Chairperson du Smart City Scheme Technical Committee, s’occupant également de projets de technopoles au Ghana et à Madagascar, il a effectué des missions officielles à l’étranger, la SLDC encourant les dépenses se montant à R 791 265. « With regard to missions, of course, all money that is being spent should bring dividends. I hope that those missions that are being undertaken will have contributed in one way or the other positively to SLDC », devait faire comprendre Pravind Jugnauth suite à une interpellation parlementaire du backbencher de la majorité Sudesh Rughoobur, tout en ajoutant que « the then Chairperson, Mr Gaëtan Siew, is the only member of the Board who has undertaken overseas missions. He resigned as Chairperson of SLDC on 26 June 2016. »
 Le patrimoine foncier faisant partie de la SLDC se décline comme suit :
— 3035 arpents dans la région Highlands-Ébène, dont 341 arpents octroyés pour la construction du Bagatelle Dam, 178 arpents au Employees’ Real Estate Investment Trust, 57 arpents au Sugar Investment Trust, 40 arpents pour la Terre-Rouge/Verdun Link Road, 336 arpents pour le projet de Heritage City, 25 arpents pour la Police Academy et 132 arpents pour les VRS et autres ;
— 290 arpents à vocation industrielle à La Tour-Koenig et les 1 926 arpents restants de la région de Highlands font l’objet d’un Master Plan confié à Luxconsult (Mtius) Ltd, avec une expression of interest envisagée pour l’allocation de lopins de terre ;
— 20 arpents à Camp-Ithier ;
— 25 arpents à Bambous ;
— 93 arpents à La Valette, dont 21 arpents alloués pour le Model Village/SME Park et le reste à être transféré au ministère des Terres.