Rodrigues se réveille à l’idée que les prochaines élections générales anticipées sont derrière la porte. Les premières manoeuvres ont été engagées par le Mouvement Rodriguais (MR) de Nicolas Von Mally et le Front Patriotique Rodriguais (FPR) de Johnson Roussety avec un double objectif de remporter les deux sièges à pourvoir dans cette circonscription pour ensuite déloger l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR) de Serge Clair de la tête de l’Assemblée Régionale et de l’Executive Council. De son côté, Serge Clair préfère miser sur le bilan de douze ans d’autonomie de Rodrigues, anniversaire célébré dimanche dernier à Grande-Montagne.
Tirant la leçon des conséquences de leur division lors des dernières joutes électorales, notamment sur le plan régional, le MR et le FPR ont établi un terrain d’entente pour affronter les prochaines élections générales. Le FPR de l’ancien chef commissaire Johnson Roussety a accepté de soutenir les deux candidats du MR face à l’OPR. Cette annonce a été faite officiellement par les leaders des deux partis au cours de la semaine écoulée.
Avec cet accord de principe, ces deux formations politiques vont conjuguer leurs efforts sur le terrain pour faire élire selon toute probabilité le ministre de la Pêche, Nicolas Von Mally, candidat à sa propre succession, et l’ancien Parliamentary Private Secretary (PPS) Christian Léopold. Avec ce regroupement des forces politiques face à l’OPR, le jeu politique s’annonce palpitant dans l’île.
 Le Leader du FPR, formation politique née d’une scission d’avec le MR, s’appesantit sur la nécessité de mettre sur pied un comité conjoint pour mettre au point la stratégie de campagne et pour assurer la coordination sur le terrain. Cette alliance a une double ambition: remporter les deux sièges en rééditant la performance du MR aux élections de mai 2010 et par la suite enclencher une campagne au niveau de l’Assemblée Régionale, réclamant la démission de Serge Clair et de l’OPR de cette instance.
 Dans la seconde partie de ce scénario politique, Johnson Roussety pourrait être appelé à assumer un rôle de premier plan dans la reconquête de l’Assemblée Régionale. Il pourrait être réhabilité en tant que Shadow Chief Commissioner le temps de ces élections régionales.
 De son côté, le leader historique de l’OPR se concentre sur le volet de l’autonomie de Rodrigues, qui lui est si cher. Dimanche dernier, il a présidé une rencontre, avec à ses côtés la Chief Guest, la vice-présidente de la République, Monique Ohsan-Bellepeau. Dans son intervention, il a mis l’accent sur l’importance de l’autonomie dans l’émancipation de Rodrigues au cours de ces douze dernières années. « L’autonomie octroie au people de Rodrigues une reconnaissance de sa terre, ses capacités intrinsèques et ses valeurs, confirme son identité et ses cultures. C’est une volonté de la part des Rodriguais de prendre leurs responsabilités et de mener le pays à bon port », a-t-il déclaré.
 Après un timide départ, la campagne électorale risque de s’enflammer très rapidement dans l’île car les deux blocs se tiennent à un millier de votes de différence.