En décembre, le Commissaire des Sports, Ismaël Valimamode, se faisait le porte-parole de la communauté sportive rodriguaise pour exprimer sa profonde colère par rapport au manque de considération dont souffrent les sportifs rodriguais. Sa déclaration, Ismaël Valimamode l’avait faite lors de la cérémonie des récompenses des athlètes faisant partie des structures du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), à Ébène. Il affirmait, par la même occasion, son soutien aux comités régionaux de Rodrigues pour la création d’un comité régional olympiques (CROS). Un peu plus d’un mois après, son discours n’a pas changé. Celui que Week-End a rencontré, mercredi matin, à Port-Louis, a estimé que c’est une revendication tout à fait légitime que Rodrigues puisse participer en tant qu’île aux Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports et de l’océan Indien (CJSOI) et aux Jeux des Îles.
A ce stade, il n’y a rien d’officiel dans la démarche du mouvement sportif rodriguais si ce n ‘est  cette déclaration de Ismaël Valimamode. Il n’empêche que le « move is on » et que des développements sont à prévoir lors des semaines à venir, voire des prochains mois. Car au niveau de Rodrigues, on veut que les choses se fassent selon les règles. Le Commissaire des Sports a d’ailleurs précisé: « Les comités régionaux envisagent une participation de Rodrigues aux Jeux des Îles de 2019 et non de 2015. Idem pour les Jeux de la CJSOI où l’édition de cette année n’est pas visée. C’est le voeu de la communauté des sportifs rodriguais et nous, à la commission, nous sommes à 100% derrière cette démarche. « 
Selon Ismaël Valimamode, les Rodriguais ont trop longtemps souffert d’un manque de considération auprès de certaines fédérations et cela n’a pas changé au fil des années, a-t-il ajouté. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase demeure la sanction de trois ans qui avait été, dans un premier temps, infligée à la lutteuse Joyce Milazar par la Fédération mauricienne de Lutte avant d’être ensuite levée. Ismaël Valimamode soulignera d’ailleurs, avec un brin d’ironie « au niveau international, des athlètes trouvés coupables de dopage sont suspendus pour deux ans, alors qu’à Maurice, on suspend pour trois ans, une athlète qui n’a fait qu’une déclaration de presse ! « 
Cette suspension avait suscité l’indignation et la révolte parmi les dirigeants et les sportifs rodriguais, toutes disciplines confondues. Il faut aussi souligner que dans le passé, notamment avant les derniers Jeux des Îles de 2011 aux Seychelles, plusieurs voix rodriguaises s’étaient élevées contre la façon de faire de certaines fédérations, lesquelles n’avaient pas pris en compte les athlètes de l’île. Devant cette frustration grandissante, les comités régionaux ont finalement décidé de s’unir et de prendre les devants. Du reste, une demande officielle sera faite prochainement auprès des instances concernées, notamment le ministère de la Jeunesse et des Sports et le Comité olympique mauricien, pour la création d’un CROS. « La Commission des Sports est partie prenante du projet. L’idée a émergé des comités régionaux et nous, nous allons soutenir leur démarche à 100% », a expliqué Ismaël Valimamode.
Ce dernier a voulu précisé que l’idée derrière ce mouvement est de donner surtout la chance à un maximum de Rodriguais de participer à des compétitions régionales. Au delà des compétitions régionales, notamment lors des compétitions africaines et internationales, Ismaël Valimamode a précisé que les Rodriguais défendront les couleurs de la  République de Maurice. Il s’est dit d’ailleurs convaincu que la démarche des comités régionaux rodriguais constituera un déclic pour le sport mauricien. « Imaginez que Rodrigues domine Maurice dans une compétition régionale. Qu’on le veuille ou non, cela motivera les athlètes mauriciens à se surpasser. En ce faisant, c’est le sport mauricien qui progressera. C’est sous cet angle que la démarche rodriguaise doit être vue. Nous sommes autonomes certes, mais pas indépendant. Et nous ne prétendons pas  le devenir », a déclaré Ismaël Valimamode.
Le Commissaire des Sports a ajouté que dans le passé, Rodrigues était le grenier de Maurice en terme d’approvisionnement en denrées alimentaires tels que les grains secs. Aujourd’hui, a-t-il souligné, l’île est le grenier du sport mauricien et ils sont d’ailleurs nombreux les dirigeants locaux à reconnaître que Rodrigues est une pépinière. « C’est pour cette raison que je considère la cause du mouvement sportif rodriguais de juste et de légitime. C’est aussi pour cette raison que nous réclamons haut et fort une plus grande considération », a indiqué Ismaël Valimamode.