Rodrigues est sous l’emprise de la controverse autour de l’ouverture de la seconde station-service de l’île, Rodoil, à Mont-Lubin. À la veille de l’inauguration d’hier, AEL-DDS, propriétaire de cette station-service, s’est vu refuser la Petrol Service Licence par la National Transport Authority (NTA). Cette décision fait suite à des protestations formelles de la part de l’ancien député de l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR), Robert Spéville. Pour contrer ce développement, le président du Rod Riders Club, Hoareau Ah Kang, fait circuler une contre-pétition pour réclamer l’ouverture de ce service dans la région de Mont-Lubin. En attendant la prochaine réunion de la NTA, fi xée au 23 septembre, les promoteurs ont pris la décision de geler les opérations de livraison de carburant et de gaz ménager à Mont-Lubin.
Robert Spéville, qui gère depuis 1987 un immeuble commercial, dont une boutique, à une dizaine de mètres de Rodoil, affi rme que depuis cinq mois, il avait écrit aux autorités compétentes pour soulever des questions de sécurité avec la mise en opération de cette station-service. “The filling station represents a potential hazard for safety and security of our business”, avait-il écrit à l’intention des autorités compétentes, dont la NTA. Toutes ses correspondances sont restées sans réponse.
L’ancien député de l’OPR a aussi attiré l’attention sur le fait que la construction de cette station-service a été faite sur des drains publics. “Je crois que les promoteurs ont cru pouvoir mettre la charrue devant les boeufs. Ils auraient dû suivre les procédures. Je ne suis pas contre le fait qu’ils obtiennent leur permis mais tout doit être fait selon les procédures et dans le respect du business existant. Je n’ai pas bloqué la stationservice. Je n’ai fait qu’accomplir mon devoir de citoyen car il y va de la sécurité des habitants de la région”, a-t-il fait comprendre en mettant en exergue l’absence d’un Emergency Exit à la stationservice.
De son côté, Alain Flore, directeur de la branche d’AELDDS à Rodrigues, regrette que ce n’est qu’à la dernière minute que le permis n’a pas été alloué alors que tout était fi n prêt pour l’inauguration. “Ce projet date de dix ans et nous avions déjà obtenu tous les autres permis sauf la Petrol Service Licence. Les investissements encourus sont de Rs 20 millions. Toutefois, nous allons suivre les procédures et attendre la prochaine réunion de la NTA du 23”, a-t-il fait comprendre, visiblement déçu de la tournure des événements.
La démarche de Robert Spéville a suscité une contrepétition initiée par le président du Rod Riders Club, Hoareau Ah Kang, en collaboration avec le Rodrigues Council of Social Services, pour réclamer l’ouverture immédiate de la station-service. À hier, cette contre-pétition avait réuni un millier de signatures alors que les responsables s’attendent à au moins 3,000 dans les prochains jours.
La bataille vocale de Rodoil à Mont-Lubin est enclenchée d’autant plus que des commerces des régions avoisinantes engagés dans la vente de bonbonnes de gaz ménager ne voient pas d’un bon oeil le monopole de ce produit par la station-service.