Le week-end a vu le coup d’envoi de la mobilisation à Rodrigues en vue des prochaines élections régionales. L’Organisation du peuple rodriguais de Serge Clair animait un premier rassemblement de ses partisans à Malabar samedi après-midi alors que le Front patriotique rodriguais de Johnson Roussety avait opté pour une animation culturelle dans la région de Baie-aux-Huîtres. Dans les deux cas, le ton des discours politiques était des plus virulents à l’encontre du Mouvement rodriguais de Nicolas Von Mally. Le mot d’ordre des partisans de ces deux formations de l’opposition demeure « bizin coule Ti-Bato » aux prochaines régionales. Le Commissaire électoral Irfan Rahman était de son côté en tournée à Rodrigues pour une première évaluation des écoles à être utilisées pour le dépôt des candidatures et en tant que centres de vote.
Intervenant au rassemblement de Baie-aux-Huîtres dimanche, Johnson Roussety, ancien chef commissaire et Minority Leader sortant, a confirmé que le thème du manifeste électoral de son parti pour les prochaines régionales sera l’autodétermination de Rodrigues. « Disolysyon ti bizin deside dan Rodrigues. Puvwar politik bizin appartenir au pep de Rodrigues. Parlma Rodrigues bizin suverin. Pa bizin ale pass par Moris pou finaliz bann désizyon », a fait ressortir le leader du Front patriotique rodriguais (FPR).
« Ti Bato pa pu dan puvwar apre eleksyon. MR (Mouvement rodriguais) pe diriz Rodrigues avec la haine », a soutenu Johnson Roussety, qui a accusé le chef commissaire Gaëtan Jhabeemissar d’acte d’usurpation en présentant son bilan alors qu’il n’a assumé ces fonctions qu’au début de cette année. Il a énuméré une longue liste de projets mis en chantier à Rodrigues avant sa démission en tant que chef commissaire.
L’ancien chef commissaire et Minority Leader sortant a accusé le MR de vouloir dilapider des fonds publics et d’abus avec notamment l’organisation d’un concert à Vangar en faisant venir des artistes de Maurice. Il a promis une commission d’enquête et un exercice de « forensic auditing » d’envergure sur la gestion financière et budgétaire du MR.
« Eleksyon bizin fer avant karem. Mo pe ale dan eleksyon avek konviksyon. Mo pa per ni Ti-Bato ni la Bougie », s’est appesanti Johnson Roussety, soulignant que son parti détient la clé pour la formation du prochain gouvernement régional issu des urnes.
Les partisans de l’OPR de leur côté sont confiants en leur parti, qui fonde sa lutte sur l’autonomie et qui effectuera un come-back à la tête de l’Assemblée régionale de Rodrigues avec les prochaines élections. Les t-shirts affichés samedi à Malabar avec le slogan : « OPR, Nu pe reveni » en disent d’ailleurs long de cette détermination.
Le leader historique de l’Organisation du peuple rodriguais (OPR) Serge Clair a lancé le mot d’ordre de la campagne : « Voter l’OPR pour réussir l’autonomie. » Commentant l’enjeu de ces prochaines élections régionales, il soutient que « des politiciens à Maurice n’aiment pas Serge Clair ». Aux élections régionales de 2006, des politiciens de Maurice avaient financé la campagne de nos adversaires politiques en vue de nous éliminer du pouvoir régional. Cette fois, nous sommes prêts à partir à la reconquête du pouvoir. Nous faisons un appel au Premier ministre Navin Ramgoolam pour qu’il n’y ait aucune ingérence ministérielle au cours de la campagne électorale pour les régionales.
Le leader de l’OPR n’a pas ménagé le ministre de Rodrigues et leader du MR qu’il accuse de se substituer au conseil exécutif de l’Assemblée régionale de Rodrigues et de violer l’esprit de l’autonomie. « Minis pou bizin leve paké, alé 100 kilomet à ler depi l’Administration. Li pe viole lotonomi Rodrigues. Ar nou, pa pou gagn letemps kontinyé fer saki zot pe fer aster-la », a soutenu Serge Clair en abordant les grandes lignes du programme électoral avec accent sur la relance de la production agricole et l’épanouissement de l’esprit d’entreprise. Il a lancé un appel aux jeunes pour qu’ils aspirent à autre chose que d’un travail à col blanc.
À ce stade de la campagne électorale, aucune des trois principales formations en lice pour les 18 sièges à pourvoir à l’Assemblée régionale, dont six à suffrage direct, n’a encore divulgué sa liste de candidats. Le suspense reste de mise quant aux choix que privilégieront les leaders, soit contester des sièges à suffrage direct dans des régions, soit se présenter en tête des Party Lists pour des sièges sur la base de la représentation proportionnelle.
Toujours en ce qui concerne les préparatifs, le Commissaire électoral Irfan Rahman a effectué une tournée des six régions de l’île. Il devra être de retour à Maurice aujourd’hui en vue de soumettre un premier rapport aux membres de l’Electoral Supervisory Commission (ESC) à la réunion prévue cette semaine. La liste des Six Returning Officers pour ces élections régionales aussi bien que des Deputy Returning Officers devra être officialisée d’ici la fin de la semaine.