Le mouvement sportif rodriguais a officialisé hier sa démarche pour la création d’un comité régional olympique et sportif (CROS), lors d’une conférence de presse tenue au centre communautaire de Mont Plaisir. C’est Daniel André, ancien spécialiste du 400m et premier Mauricien à participer aux Jeux olympiques – 1984 à Los Angeles aux Etats Unis – qui préside ce mouvement. Selon lui, l’idée d’aller vers un CROS ne date pas d’hier et il se dit même convaincu, avec ses membres, que cet organisme va grandement aider au développement du sport dans l’île.
C’est le manque total de considération de certaines fédérations à l’égard des sportifs et comités régionaux rodriguais qui a poussé les dirigeants sportifs à bouger vers la création d’un CROS. « Je voudrais préciser qu’on ne cherche pas l’autonomie du sport à Rodrigues. Notre objectif est de représenter le comité olympique Mauricien (COM) dans l’île tout comme il représente le comité international olympique (CIO) et ses valeurs à Maurice », a déclaré Daniel André. C’est ainsi qu’une correspondance sera adressée au COM, cette semaine, en vue d’une éventuelle reconnaissance. « Le CROS n’est pas une invention rodriguaise. Il en existe à travers le monde comme à La Réunion et en Guyanne pour ne citer qu’eux. Nous sommes entrain de préparer nos statuts qui seront ensuite envoyés au COM pour être approuvés. Tout ce que nous souhaitons, c’est que notre démarche soit bien vue, car elle profitera non seulement aux sportifs rodriguais, mais aussi à la République de Maurice », a souligné Daniel André.
Pour revenir à l’idée première de ce CROS, Daniel André a indiqué que les Rodriguais sont unanimes à dire que les athlètes de l’île n’ont pas la même considération que les Mauriciens. « A la fin de l’année dernière, un groupe de personnes de bonne volonté s’est penché sur cet aspect. C’est après plusieurs rencontres et mûre réflexion que nous avons décidé d’aller de l’avant avec ce projet de CROS », a-t-il fait remarquer. Afin qu’il y ait concensus, tous les comités régionaux, aussi bien que les dirigeants politiques de tous bords de Rodrigues, ont eu voix au chapitre. « L’idée a été expliqué à tous et à ce jour, je peux assurer que les Rodriguais approuvent notre démarche « , a-t-il soutenu.
Daniel André a ajouté que le fait que Rodrigues est éloignée pose également problème dans la façon dont ses sportifs sont vus par certaines fédérations locales. « Certains semblent oublier que nous avons notre identité propre à nous. C’est pourquoi notre mission est de militer pour la reconnaissance et l’avancement de nos sportifs tout en respectant leurs valeurs, leurs capacités et leurs droits sans discrimination aucune, ceci selon les lois qui l’y rédigent », a expliqué Daniel André.
Ce dernier a indiqué, lors de la conférence d’hier, que le CROS aura pour mission de sauvegarder et de développer les valeurs de l’olympisme telles qu’elles sont précisées dans la charte olympique et selon les principes définis par le CIO et le COM. Le CROS  veut aussi contribuer au développement du patrimoine sportif rodriguais et faire  tout ce qui est nécessaire pour le développement de la pratique sportive dans l’île et ce, conformément aux orientations définies par le COM.
Selon Daniel André, « le CROS rassemblera tous les comités régionaux de Rodrigues et de ce fait, représentera le sport dans l’île sur toutes les questions d’intérêt général auprès des pouvoirs publics. Il collaborera et conseillera la Commission des Sports sur les démarches d’ordre infrastructurel aussi bien que sur la formation.  » Il a ajouté que le CROS collaborera aussi avec la commission pour la mise en place d’une politique sportive. « L’autre mission du CROS est de permettre à Rodrigues d’être présente comme île lors des compétitions régionales telles que les Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien ou encore aux Jeux des Iles », a-t-il indiqué.
Pour conclure, Daniel André a indiqué que le rôle du CROS sera de militer afin d’avoir plus de moyens pour le développement du sport dans l’île. « A travers le COM, nous pourrons bénéficier des aides venant du CIO. Cela aidera les athlètes rodriguais de viser plus haut grâce à l’obtention des bourses olympiques, de stages à divers niveaux, mais aussi des moyens financiers qui nous aidera à combler le fossé qui existe entre Rodrigues et Maurice », a-t-il fait ressortir.