S’il y a bien un homme à Rodrigues qui a toutes les raisons d’être heureux, c’est bien Daniel André. Ancien spécialiste du 400m et l’un des premiers Mauriciens à participer aux Jeux olympiques, soit en 1984 à Los Angeles aux Etats-Unis, Daniel André est celui qui a milité depuis de nombreuses années pour la mise en place d’une structure de sport-études. Ce sera désormais chose faite à la rentrée 2015 grâce au TFES avec un premier groupe de neuf athlètes.
Daniel André est celui qui est responsable des structures du TFES à Rodrigues, notamment le Pole Jeunes en athlétisme qui regroupe une cinquantaine de jeunes. Il gère également les affaires du comité régional en tant que secrétaire. Le lancement du sport-études est un pas en avant, a-t-il avancé, mais surtout l’aboutissement de plusieurs années de travail avec l’ancien ministre des Sports, Michael Glover, aujourd’hui CEO du TFES. « Je tiens d’abord à remercier Michael Glover, d’abord pour tout ce qu’il a été pour moi et ensuite pour tout ce qu’il a fait et qu’il continue de faire pour Rodrigues »,a  précisé Daniel André.
Sans Michael Glover, il avance qu’il n’aurait jamais pu venir s’installer à Maurice pour s’entraîner et réussir sa carrière sportive et professionnelle. « En mettant un terme à ma carrière en 1992, je suis retourné à Rodrigues avec la vision de changer la facette du sport dans l’île. Cette vision qui était d’accompagner les athlètes, nous la partagions Michael et moi. Pendant des années, nous en avons discuté et aujourd’hui, c’est une fierté de voir ce projet aboutir », a-t-il déclaré.
Mais pour en arriver là, Daniel André concède que rien n’a été facile. Il y a eu d’abord la mise en place d’un centre de formation, puis d’un centre d’entraînement avant de venir ensuite avec un centre de préformation pour les plus jeunes. « En 2005, nous avons essayé, avec Michael, de lancer le sport-études, mais pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous avons tout arrêté, deux ans après », explique-t-il. En 2012, a-t-il ajouté, la volonté de redémarrer le projet  refait surface. Même si rien n’a été facile, Daniel André avance que la relance s’est faite sur une base primaire.
Avec une bonne dose de bonne volonté de part et d’autre, le système a finalement été mis en place. Les neuf athlètes retenus bénéficieront de l’encadrement nécessaire  pour réussir leur carrière sportive et professionnelle. Hormis le support académique et technique, les bénéficiaires auront un moyen de transport, sans oublier un suivi médical entre autres. Cela grâce au TFES et à Innodis Foundation que Daniel André n’a pas manqué de remercier.
Pour ce dernier, il était grand temps d’offrir un plan de carrière aux sportifs rodriguais, car trop souvent dans le passé, nombreux sont ceux – à Maurice comme à Rodrigues – qui se sont retrouvés sur le pavé et ce, après avoir aidé la République de Maurice à briller dans nombre de compétitions internationales. « Nous nous sommes dit qu’il est temps de mettre un frein à cela. Pour nous, il était très important que l’athlète bénéficie parrallèlement d’une formation académique ou professionnelle. Cela afin qu’il soit préparé à intégrer le monde du travail après sa carrière sportive », souligne-t-il.
Selon Daniel André, tout a été mis en place pour le suivi des neuf athlètes bénéficiaires tant au niveau sportif qu’académique. Il a ainsi tenu à remercier les recteurs pour leurs compréhensions, lesquels, a-t-il indiqué, ont montré beaucoup d’intérêts par rapport au sport-études. Il a aussi remercier le TFES qui a mis un van à la disposition des athlètes et qui sera géré par la branche régionale du trust.
Pour conclure, Daniel André a expliqué que la structure de sport-études sera alimentée par des jeunes issus du Pole Jeunes qui regroupe actuellement une cinquantaine d’athlètes. Pour la rentrée 2016 du reste, elle se fera pour les élèves qui entreront en Form IV. Daniel André a expliqué que pour les neuf athlètes bénéficiaires, les trois étudiants au Rodrigues Collège, nommément Lawan Seng Chung, Olivier André et Véronique Raboude, ils poursuivront leurs études sur place. Claudarel Louis, Liliane Potiron et Claude Bernard restent eux au collège Maréchal, alors que Adrien Gaspard, Rodney Spéville (collège Mont Lubin) et Warren Clair (collège Le Chou) seront eux transférés à Maréchal.