Le Mouvement sportif rodriguais (MSR) a écrit au comité international olympique (CIO) pour expliquer sa démarche pour la reconnaissance d’un comité régional olympique sportif (CROS) dans l’île. Selon son président, Daniel André, cette démarche fait suite à la réponse de Jérôme Poivey, Head of Institutional Relations and Governance NOC Relations Department du CIO, par rapport à une correspondance du comité olympique mauricien (COM). Tout comme l’ancien ministre des Sports Michael Glover, Daniel André est d’avis que le CIO a été mal renseigné dans cette affaire.
C’est à travers un article publié en juillet dernier que Daniel André dit avoir pris connaissance de la réponse de Jérôme Poivey à un courrier du COM au sujet d' »un comité olympique à Rodrigues ». Or, il estime que tel n’a jamais été le cas d’où la décision du MSR d’envoyer au CIO une copie de la lettre du 4 avril dernier qui avait été remis au COM. « Je précise que le COM n’a jamais eu la décence de répondre officiellement à notre demande. Au contraire, elle s’est montrée très intransigeante sur la question sans pour autant nous donner les raisons de son refus. C’est à travers la presse que nous avons été mis au courant de la situation. La question que nous nous posons, c’est pourquoi autant d’incompréhension vis-à-vis de notre démarche », s’est demandé Daniel André.
A la lecture des informations dont il dispose, Daniel André est d’avis que le CIO a été mal renseigné. « Ce qui est malheureux, c’est que nous ne sommes pas au courant du contenu de la lettre que le COM a envoyé au CIO. En revanche, lorsqu’on prend connaissance de la réponse de Jérôme Poivey, il est clair que nous n’avons jamais demandé la création d’un comité olympique dans l’île » s’insurge le président du MSR. C’est la raison pour laquelle le MSR a écrit au CIO pour lui donner de plus amples détails sur l’île. « En nous adressant au CIO,, nous avons voulu éclaircir la situation et lui demander de nous guider et nous aider à trouver une solution à l’intransigeance du COM », a-t-il avancé.
Daniel André dit avoir expliqué, dans sa correspondance à Jérôme Poivey, que Rodrigues est autonome depuis 2002 et qu’elle a sa propre Assemblée Régionale et ses propres commissaires. « Nous sommes certes soutenus financièrement par Maurice, mais ce budget, il est entièrement géré par l’Assemblée générale. Ce qui fait de nous une île autonome, contrairement aux départements outremers français qui ont eux un CROS », a-t-il déclaré. Ce dernier a ajouté que le combat pour la création d’un CROS à Rodrigues est toujours d’actualité et ce, contrairement à ce que peuvent penser certains.
Bénéfique pour le sport mauricien
Le président du MSR s’est dit même disposé à aller débattre à Lausanne en Suisse au CIO si cela s’avère nécessaire. « Nous ne plaisantons pas. Nous sommes prêts à mener à bout notre cause que nous considérons de juste et légitime », a fait ressortir Daniel André. Ce dernier a tenu à préciser que le MSR n’a jamais parlé de participation de Rodrigues aux Jeux des Iles de l’océan Indien. Car selon lui, « ce n’est pas notre cheval de bataille. » Pour Daniel André, avoir un CROS permettra à mieux reconnaître la valeur des sportifs de l’île. Cela permettra aussi à leur donner les moyens nécessaires pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs. « Un CROS, comme nous l’avons toujours expliqué, sera bénéfique, non seulement pour Rodrigues, mais pour le sport mauricien dans son ensemble. »
Pour conclure, Daniel André a expliqué que beaucoup de choses ont été dites sur sa personne et aussi sur la démarche du MSR ces derniers temps. « J’ai dû faire comprendre aux gens que ces histoires n’étaient pas fondées. J’ajouterai  que certaines personnes m’ont même pas approché pour qu’on mette fin à notre démarche pour la création d’un CROS. Ce que j’ai catégoriquement refusé. Que ceux qui veulent nous faire obstacle se rassurent. Nous sommes plus que jamais soudés et déterminés à continuer le combat », a-t-il conclu.