L’Electoral Supervisory Commission (ESC), dont le président est Me Yousouf Aboobaker et le commissaire électoral Irfan Rahman, fait face depuis ce matin à un véritable casse-tête dans le cadre des préparatifs pour les élections de l’Assemblée régionale à Rodrigues. Depuis 9 h 30 ce matin, les services de la météo à Vacoas a émis un avis de vigilance cyclonique pour Rodrigues avec l’intensification de la dépression modérée baptisée Ethel. Les spécialistes de la Météo n’écartent pas la possibilité que d’ici demain matin Ethel puisse passer dans la catégorie de forte dépression. En tout cas, les premières prévisions établies par Météo-France misent sur le fait qu’Ethel pourrait être transformée en un cyclone tropical avec des vents moyens entre 89 et 117 kilomètres à l’heure lors de son passage dans les parages de Rodrigues dans la journée de samedi, soit le jour du dépôt des candidatures (Nomination Day) dans les six régions de l’île pour les élections régionales.
Du côté de la station de Vacoas ou encore de Pointe-Canon à Rodrigues à ce matin, l’on se garde de confirmer tout scénario d’Ethel en tant qu’invité surprise ou trouble-fête pour le « Nomination Day » en attendant de prendre connaissance de l’évolution et de la confirmation de la trajectoire au cours des premières douze heures. Devant l’intensification de la dépression modérée, la station de Vacoas a émis un premier bulletin pour la série Ethel dès 9 h 30 ce matin.
Ethel se trouvait ainsi dans la matinée à environ 660 kilomètres au nord-est de Rodrigues, soit au point 14°7 Sud et 67° Est. La dépression modérée se déplace en une direction du sud-sud-ouest à une vitesse de 20 kilomètres à l’heure. Sur la base de ces données, la dépression Ethel se rapproche de Rodrigues. La principale inquiétude des prévisionnistes est que cette dépression s’intensifie très vite. « Avec une telle tendance, nous ne serons nullement surpris d’apprendre demain matin qu’Ethel est devenue une forte dépression », laisse-t-on entendre dans les milieux autorisés.
Météo-France (Réunion) de son côté a posté sur son site web dès ce matin les prévisions pour le déplacement d’Ethel (voir plus loin), confirmant qu’elle peut constituer une véritable menace pour Rodrigues à l’approche de ce week-end du Nomination Day des élections régionales. « Nous ne sommes pas habilités à faire de plus amples commentaires. Nous attendons de nouvelles informations de la station de Vacoas pour 13 h et 16 h et nous aviserons par la suite », a-t-il fait comprendre au Mauricien du côté des services de Météo à Rodrigues.
Le report du dépôt des candidatures de samedi en raison de la détérioration du temps avec le passage d’Ethel à Rodrigues aura également des conséquences sur le déroulement du scrutin prévu le 5 février en vue de reconstituer l’Assemblée régionale de Rodrigues. Compte tenu qu’il y a un délai de 15 jours entre le Nomination Day et le Polling Day, tout changement dans le premier devra avoir des répercussions sur le jour du scrutin. La Rodrigues Regional Assembly Act prévoit qu’un délai minimum de 15 jours doit séparer ces deux échéances majeures dans les élections régionales.
En fin de journée, le commissaire électoral, des membres de l’Electoral Supervisory Commission et les six Returning Officers se sont embarqués à bord du vol d’Air Mauritius à destination de Rodrigues en prévision du Nomination Day. Interrogé par Le Mauricien peu avant l’embarquement, le commissaire électoral a laissé entendre qu’il comptait initier des consultations avec la Météo pour décider d’un plan B dans la conjoncture.
« Dès notre arrivée à Rodrigues, nous allons établir des contacts avec la station de Météo pour prendre connaissance des derniers développements et aussi des prévisions pour samedi. L’Electoral Supervisory Commission devra se réunir pour évaluer tous les risques avant de décider de la marche à suivre. Toute décision quant à un éventuel report des dates pour le Nomination Day et le Polling Day peut être avalisée par l’Electoral Supervisory Commission en consultations avec la présidence de la République », a ajouté Irfan Rahman.
Même si c’est l’une des rares fois où la Commission électorale se retrouve face à une telle situation, ce ne sera pas la première fois que le report d’un scrutin est décidé dans ces circonstances exceptionnelles. Tel a été le cas en octobre 1996 quand les élections municipales dans au moins deux arrondissements de la capitale avaient été reportées à la suite de la fusillade de la rue Gorah Issac.
Dans cette perspective, l’évolution du temps couvert à Rodrigues au cours des prochaines 24 heures sera déterminante pour la tenue des élections régionales. L’Electoral Supervisory Commission, qui pourrait se réunir de nouveau dans la matinée de demain, détient les pouvoirs pour entériner les décisions qui s’imposent. En effet, l’article 61 de la loi, intitulé « Power to vary dates » se lit comme suit : « The Commission may, as respects any ordinary election or any by-election, by order published in the Gazette, vary any or all of the dates, times or time limits mentioned in any provision contained in these regulations and may substitute any other date or dates, time or time limit in lieu thereof, and, upon any such order being made, that provision shall have effect subject to such order. »