Tout est bien qui finit bien, serait-on tenté de dire, dans le conflit inutile dans lequel s’était engagée la Fédération mauricienne de Lutte (FML) contre le comité régional de Rodrigues. D’abord, les Rodriguais ont été invités à participer à la compétition de dimanche dernier au centre national de lutte, à Vacoas. Ensuite, ils n’ont eu à payer qu’une somme de Rs 500 par club représentant les frais d’affiliation à la FML. En novembre dernier, cette même FML avait réclamé la somme de Rs 2 000 par club, somme qui n’était pas remboursable en cas de rejet de la demande d’affiliation !
Le combat mené par Week-End aux côtés des dirigeants du comité régional de lutte de Rodrigues pour dénoncer les injustices dont ce comité a été victime pendant de longues mois, a fini par payer. Désormais, les droits des lutteurs rodriguais ont été rétablies, notamment  grâce également à l’intervention de l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo. Dimanche dernier à Vacoas, les Rodriguais ont à nouveau foulé le tatami du centre national et ce, après plus d’une année d’absence. La raison: ils n’avaient
pas été invités aux activités de la fédération. Sur 12 inscrits dimanche dernier, Rodrigues est repartie avec quatre médailles d’or et une de bronze. Les sept autres lutteurs n’ont pu combattre dans la mesure où il n’y avait pas de participant dans leurs catégories !
Au-delà de cette belle performance, nous retiendrons une chose : le comité régional a pu régler, sans problème, ses frais d’affiliation pour les six clubs de l’île (Maréchal, Citron Donis, La Ferme, Mont Lubin, Grande Montagne et Baie-aux-Huîtres). Mieux encore. Chaque club n’a eu qu’à débourser la somme de Rs 500 , soit une somme totale de Rs 3 000. Ajouté à cela, le comité régional s’est acquitté des frais pour le renouvellement des licences pour un total de Rs 1 800 et de Rs 900 pour l’émission de trois nouveaux licences. Une belle victoire pour les Rodriguais quand on considère la somme demandée, en novembre dernier, et les conditions imposées par la fédération.
En effet, dans la fameuse correspondance en date du 12 novembre dernier et signée par le secrétaire Olivier Binette, on pouvait lire clairement que chaque club aura à payer une somme de Rs 2 000 comme frais d’affiliation, somme qui n’est cependant pas remboursable au cas où la demande est rejetée par la fédération ! Sans compter que la FML avait exigé un certificat de caractère – moralité – auprès des entraîneurs et ce, ne dépassant pas six mois . Fort heureusement, les membres du comité régional, sous la direction de Clairmène Roussety, n’ont jamais baissé les bras. Au final, c’est non seulement Rodrigues qui est sortie gagnante, mais bel et bien la République de Maurice, quand on sait à quel point les lutteurs rodriguais sont talentueux. Leur dernière performance au tournoi de Noël, en décembre dernier à l’île de La Réunion, en est la preuve.
Espérons maintenant que la démarche de la FML de regarder vers l’avenir n’est pas qu’une impression de façade. Espérons que cette démarche est sincère et repose uniquement sur des bonnes intentions. Au risque de nous répéter, la FML a beaucoup plus à gagner en travaillant étroitement avec Rodrigues. A la FML maintenant d’assumer ses responsabilités et d’établir un plan de travail basé sur la transparence et des relations honnêtes, afin que la République de Maurice puisse briller à nouveau sur la scène régionale et africaine comme cela a été le cas dans le passé sous l’ère de l’ancien entraîneur national…le Rodriguais Alec Albert.