Est-ce qu’une mesure nationale mauricienne comprend de facto l’ensemble de la République où est-ce qu’il y aurait une différence concernant Rodrigues ? C’est la question que se sont posée les Rodriguais vendredi en raison de la confusion qui a régné entre une intervention radiophonique de l’Island Chief Executive et un communiqué de l’Assemblée régionale. Mais, dès mercredi, après le passage du cyclone Herold, l’inquiétude s’était fait sentir après les informations de Maurice sur l’épidémie de coronavirus. Les conférences de presse du Premier ministre visant à rassurer n’ont pas atteint leur objectif, mais ont, au contraire, fait naître des doutes et beaucoup d’interrogations. La conférence de presse tardive de mercredi annonçant les trois premiers cas a augmenté les inquiétudes. Surtout que cette annonce venait après une émission de la MBC dans laquelle les intervenants, dont le ministre de la Santé, avaient répété qu’il n’y avait pas de cas de coronavirus à Maurice ! Dès le lendemain matin, de longues queues se sont formées devant les supermarchés, les banques, les pharmacies, les quincailleries et les trois dépôts d’essence, entre autres. C’est par sacs que le riz et la farine ont été achetés alors que les gallons d’huile, les boîtes de conserve et les packs de papier toilette remplissaient les caddies. Les Rodriguais se préparaient comme pour une alerte cyclonique qui allait durer des semaines, tout en essayant de comprendre les informations, souvent contradictoires, venant de Maurice, surtout sur des réseaux sociaux où, comme d’habitude, on pouvait lire tout et son contraire.

Sur la MBC, alors que les auditeurs voulaient de l’information sur la situation, on faisait du remplissage. A la radio, des émissions sur les fleurs, le macramé, et sur MBC SAT, de vieilles émissions sur comment planter le cresson ou faire des boulettes de fruits à pain. Pendant ce temps, se tenait, à Port-Mathurin, une réunion réunissant les commissaires et les représentants de l’industrie hôtelière, première victime de l’épidémie avec la multiplication des annulations des réservations. Jeudi après-midi, la conférence du PM annoncée, puis annulée, pour être remplacée par une déclaration à 20h, a entretenu la confusion et fait grandir l’inquiétude. D’autant que les radios privées et les réseaux sociaux faisaient état d’une mutinerie à la prison de Beau-Bassin ayant nécessité l’intervention de la SSU. L’annonce par le Premier ministre que Maurice allait passer en situation de confinement national à cause d’une augmentation du nombre de malades, a provoqué une sidération, d’autant plus qu’aucune explication n’a été donnée sur ce que voulait dire confinement et ses conséquences dans le contexte mauricien.

Vendredi matin, les Rodriguais se sont réveillés en se préparant à ce confinement décrété dont on ne savait pas grand-chose. Et puis, un peu après 7h, l’Island Chief Executive est intervenu sur les ondes de la MBC Rodrigues pour déclarer que le confinement concernait Maurice et non Rodrigues. Pendant toute la journée, les Rodriguais ont vaqué à leurs activités en se fiant aux déclarations de l’Island Chief Executive, jusqu’à ce que le conseil exécutif de l’Assemblée régionale publie un communiqué prenant à contre-pied la déclaration matinale de l’Island Chief Executive et annonce que Rodrigues était aussi concernée par le confinement. Cette confusion au sommet permet de se questionner sur les pouvoirs de l’Island Chief Executive par rapport à ceux de l’Assemblée régionale. De se demander depuis quand les responsables administratifs nommés prennent la parole et surtout des décisions à place des élus. Avec retard, les mesures de confinement ont été appliquées à Rodrigues où, depuis d’hier, tous les passagers en provenance de Maurice sont placés en quarantaine pour une période de quatorze jours. Par ailleurs, dans le cadre des mesures de confinement, il n’y aura aucun vol sur Rodrigues après 20h dimanche.

Si le gouvernement régional semblait être dans la confusion vendredi quant aux mesures à prendre pour combattre le coronavirus qui, a hier, n’avait pas encore touché Rodrigues, ce n’était pas le cas de l’Église catholique. Dès vendredi, elle a annoncé que, pour respecter les mesures de confinement, toutes les cérémonies religieuses prévues dans la cadre du carême, dont les cérémonies de quarante heures, ont été annulées. Mais les paroissiens pourront assister à leur messe dominicale qui sera radiodiffusée. Comme quoi, on peut, en utilisant l’intelligence et le bon sens, pratiquer les rites religieux — si importants pour beaucoup dans la période troublée que nous sommes en train de vivre — tout en respectant les mesures de confinement national.