À J -28 du scrutin des troisièmes élections régionales de Rodrigues autonome, la tension montera d’un cran aujourd’hui avec la présentation des candidats des trois principales formations en lice, l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR), le Mouvement Rodriguais (MR) et le Front Patriotique Rodriguais (FPR). Si en ce début de campagne électorale, le mood à Rodrigues se penche en faveur d’un revival de l’OPR sur le terrain avec un forcing du MR, les observateurs politiques s’accordent à dire que la joute régionale devrait être à couper le souffle. Et cela pour deux raisons : la première, soit un match électoral avec trois prétendants, alors que jusqu’à tout récemment, le corps électoral de Rodrigues était habitué à faire le choix entre deux partis. Ensuite, les yeux resteront rivés sur la répartition des sièges sur la base des proportionnelles après la proclamation des résultats du 6 février prochain.
Avec la confirmation dans la journée des investitures des candidats à ces élections régionales, le fait singulier demeure qu’aucun des trois chefs de file n’opterait pour la Party List avec à la clé des sièges à la proportionnelle. Les recoupements d’informations effectués par Week-End indiquent que le leader historique de l’OPR, Serge Clair, sera candidat au suffrage direct dans la région N°6 (Grande-Montagne), considérée comme un véritable bastion de l’OPR. Après sa défaite à La Ferme (N°1) lors des premières élections pour l’autonomie de Rodrigues en 2002, Serge Clair avait été repêché en tant que chef-commissaire par une partielle à Grande-Montagne. Il aura pour colistier Daniel Baptiste, élu membre de l’Assemblée Régionale dans ce même arrondissement aux élections de décembre 2006.
Par contre, le Minority Leader sortant et ancien chef-commissaire sous la bannière du MR, Johnson Roussety, prend un « pari risqué » avec une candidature au suffrage direct dans la région 5 de Port-Mathurin. C’est sa décision de principe, entérinée par les instances du FPR et confirmée à Week-End par le principal concerné en personne, hier matin. D’aucuns affirment que tactiquement, Johnson Roussety aurait dû mener la Party List du FPR pour la proportionnelle, au lieu d’aller ferrailler dur sur le terrain politiquement miné de Port-Mathurin, et surtout face à un populaire Ismaël Valimamode, candidat qui a bénéficié de l’investiture de l’OPR.
Johnson Roussety a préféré laisser la première place sur la Party List du FPR à Alan Ladd Emilien, membre sortant de l’Assemblée Régionale et qui avait démissionné du MR à la fin de 2009 pour suivre le leader du FPR sur les travées de l’opposition. La présence politique de Johnson Roussety sur le terrain à Port-Mathurin devrait rehausser l’enjeu électoral du dimanche 5 février.
De son côté, Gaëtan Jhabeemissar, chef-commissaire sortant de l’Assemblée Régionale de Rodrigues et chef de file désigné du MR à ces prochaines élections régionales, n’a aucune raison de se sentir menacé dans la mesure où la région N°2 (Maréchal) est connue pour être un ancrage du MR significatif, à moins que la vague balaie dans l’autre sens le 5 février.
Au-delà du positionnement des trois chefs de file, ces élections régionales ouvrent la voie à une perspective de Hung Parliament avec aucune des forces en présence ne détenant de majorité décisive après la répartition des sièges sur la base des proportionnelles. Les « premiers calculs savants » tentent d’accréditer la thèse qu’il ne faut pas écarter la possibilité de se retrouver après le 6 février avec une Assemblée Régionale de plus de 18 membres.
La Section 11 (10) du Rodrigues Regional Assembly autorise l’Electoral Supervisory Commission d’allouer plus de huit sièges sur la base des proportionnelles en vue de permettre au parti politique arrivant en tête en nombre de sièges au décompte des votes dans les six régions de maintenir sa majorité d’au moins « 50% + 1 » à l’Assemblée Régionale. Interrogé par Week-End au sujet de ce scénario avec une Assemblée Régionale de Rodrigues de plus de 18 membres, le commissaire électoral, Irfan Rahman, a confirmé cette éventualité. Cette équation se posera si le parti déclaré vainqueur à ces élections ne dispose que de sept des 12 sièges alloués par le mode de suffrage direct.
« La clause 11 (10) du Rodrigues Regional Assembly permet l’allocation de sièges additionnels aux huit initiaux pour assurer la majorité », a fait ressortir Irfan Rahman, qui s’est gardé de s’aventurer à faire des commentaires sur des hypothèses, compte tenu des paramètres réalistes et concrets à tenir en ligne de compte.
De son côté, Johnson Roussety, qui s’est lancé dans une série d’analyses et de simulations chiffrées, n’écarte pas la possibilité que le scrutin du 5 février n’accouche d’un Hung Parliament. « Dès le départ, j’avais dit que le FPR détenait une carte maîtresse pour la constitution d’une majorité à l’Assemblée Régionale. Je le maintiens encore et j’attendrai la confirmation au lendemain de la proclamation des résultats », souligne-t-il sur la base de ces analyses.
Toutefois, une première radioscopie des six régions avec les candidats en lice laisse comprendre que la partie est loin d’être jouée d’avance. La configuration des six régions élisant douze des 18 membres de l’Assemblée Régionale de Rodrigues est la suivante :
Région N°1 (La Ferme)
Candidats probables MR : Franceau Grandcourt, commissaire sortant, et Ludmie Allas.
Liste probable OPR : Justar Tolbize et Buisson Leopold.
Investitures préliminaires FPR : Marilyne Legoff, Brezet Louis, Jeannet Abdool et Ruby Grandcourt.
La région de La Ferme a la réputation d’un MR Territory. Le leader de l’OPR en connaît quelque chose, car il en a fait les frais lors des premières élections régionales en voulant défier les candidats du MR. Mais l’arrivée, depuis un an, sur la scène politique du FPR, qui aspire à puiser dans le réservoir de votes du MR, peut jouer en faveur des candidats de l’OPR.
La présence du commissaire sortant de l’Assemblée Régionale, Franceau Grandcourt, ne constitue nullement un avantage car les sympathisants de Ti-Bato affirment avoir des comptes à régler avec leur représentant régional. Toutefois, une déroute du MR à La Ferme signifierait des changements majeurs dans la carte politique à Rodrigues.
Région N°2 (Maréchal)
Candidats probables MR : Gaëtan Jhabeemissar, chef-commissaire sortant et le commissaire Gaëtan Agathe.
Liste probable OPR : Enrico Lamvohee et Fernando Augustin.
Investitures préliminaires FPR : John Milazar, Clarel Bégué avec Alan Ladd Emilien, membre sortant de l’Assemblée Régionale sur le terrain.
En principe, le MR dispose de solides assises dans la région de Maréchal, où le parti de Nicolas Von Mally a, jusqu’ici, bénéficié de la confiance de l’électorat. Le scrutin du 5 février devra confirmer si la campagne de l’opposition, OPR et FPR confondus, contre le commissaire Christian Agathe aura porté ses fruits, car ces deux formations misent sur un renversement des tendances politiques pour « confirmer cette rupture avec le passé ».
Région N°3 (Petit-Gabriel)
Candidats probables MR : Daniel Spéville, commissaire sortant mais élu sous la bannière de l’OPR, Arlette Perrine-Bégué, ex-OPR, et Anthony Prosper.
Liste probable OPR : Franchette Gaspard Pierre Louis, Rex Ramdally.
Investitures préliminaires FPR : Gérard Prosper et Macdonel Milazar.
Petit-Gabriel représente une région où l’OPR caresse l’idée de pouvoir régler ses comptes avec les deux membres élus qui « ont trahit le parti » pour rejoindre l’autre camp, soit Daniel Spéville, ancien bras droit de Serge Clair au sein de l’Executive Council avant 2006, devenu commissaire sous Gaëtan Jhabeemissar, et Arlette Perrine-Bégué, qui a longtemps siégé en tant qu’indépendante avant la récente investiture du MR.
Le match électoral dans la région N°3 s’annonce palpitante car Arlette Perinne-Bégué est connue pour être une battante. Mais aura-t-elle suffisamment d’arguments pour convaincre et convertir les die-hards de Serge Clair dans une conjoncture d’OPR revival ? La question reste posée. Le MR souffre également de l’éloignement du terrain politique de Willy Auguste, dont le charisme avait constitué un atout pour le parti de Nicolas Von Mally dans une région ralliée fait et cause à l’OPR.
Région N°4 (Baie-aux-Huîtres)
Candidats probables MR : Koudoum Leong Lone, Rosaire Perrine et Jovani Etiennette.
Liste probable OPR : Nicolson Lisette, Valery Perrine et Richard Payendee.
Investitures préliminaires FPR : Alex Flore, Johnny Raffaut et Laurence Flore.
L’une des régions où le FPR de Johnson Roussety tentera de jouer crânement sa chance lors du scrutin du 5 février. Avec la présence des candidats de l’OPR, le FPR sait pertinemment bien qu’il faudra ratisser vraiment large pour pouvoir rééditer la performance avec l’élection de ses deux représentants lors des dernières partielles régionales. Mais le score qui sera réalisé par le FPR à Baie-aux-Huîtres pèsera lourd dans la balance lors de l’allocation sièges sur la base des proportionnelles. L’OPR reste favorite, même si le challenge du FPR n’est pas à négliger, alors que le MR pourrait se retrouver en position de spectateur.
Région N°5 (Port-Mathurin)
Candidats probables MR : Louis Ange Perrine, commissaire sortant, Lordanna Meunier, commissaire sortante.
Liste probable OPR : Ismael Valimamode, Rosedelima Edouard.
Investitures préliminaires FPR : Johnson Roussety, Clarence Perrine et Lelio Roussety.
Si Johnon Roussety maintient sa candidature à Port-Mathurin au Nomination Day du 21 janvier, il sait qu’il aura à livrer une bataille sans merci dans une région acquise à l’OPR, même s’il s’y était fait élire lors des régionales de 2006. Le camp du MR sera mené par la force tranquille représentée par le commissaire sortant Louis-Ange Perrine. Mais la personnalité et le rayonnement d’Ismaël Valimamode de l’OPR ne laissent pas l’électorat du N°5 insensible, même si le MR met tout le paquet pour garder Port-Mathurin et faire la différence au décompte final.
Région N°6 (Grande-Montagne)
Candidats probables MR : Lindsay Castel, Marie-Thérèse Agathe, Annecy Larose.
Liste probable OPR : Serge Clair et Daniel Baptiste.
Investitures préliminaires FPR : Rujobert François, Christophe Edouard et René Casimir.
Que ce soit dans le camp du MR ou du FPR, l’on concède que la région de Grande-Montagne reste cette citadelle politique OPR imprenable. Les candidatures de l’OPR ne souffrent d’aucune contestation avec Serge Clair et Daniel Baptiste, détenteurs de one way tickets pour la prochaine Assemblée Régionale de Rodrigues.