Pour marquer la canonisation des papes Jean-Paul II et Jean XXIII dimanche dernier, une messe a été célébrée par Monseigner Alain Harel à La Ferme. Dans son homélie, l’évêque de Rodrigues a rappelé les trois messages de Jean-Paul II à la population lors de sa visite en 1989 : « Fer dimounn vinn dimounn, Rodrig dibout lor to 2 lipie et Rodrige to lavenir li dan to lamin. »
C’est au stade de La Ferme, à l’endroit même où le Pape Jean-Paul II avait célébré la messe lors de sa visite dans l’île le 16 octobre 1989, que se sont réunis des milliers de Rodriguais dimanche dernier, pour prier. Comme la dernière fois, ils étaient munis de leur chapeau de paille et ont marché depuis La Fouche Corail.
Monseigneur Harel a invité les fidèles à suivre l’exemple de Jean-Paul II et de Jean XXIII qui « se sont laissé brûler par l’amour de Dieu. » Pour l’occasion, les paroles du pape polonais ont une nouvelle fois résonné dans le stade. « Montagn pa zwenn, me dimounn zwenn », avait-il dit, en arrivant dans l’île. Et après avoir pris connaissance des problèmes auxquels Rodrigues faisait face, par l’intermédiaire de feue Antoinette Prudence, Jean-Paul II avait lancé trois messages aux Rodriguais qu’il avait demandé de traduire en kreol : « Fer dimounn vinn dimounn, Rodrig dibout lor to 2 lipie et Rodrige to lavenir li dan to lamin. »
S’exprimant sur ces mots de Jean-Paul II, Monseigneur Harel a fait ressortir : « Il invitait les Rodriguais à travailler pour la réussite de l’homme et à cultiver la terre pour nourrir le peuple. » Il a mis l’accent sur l’autonomie qui permet à Rodrigues, aujourd’hui, de décider de son avenir. De même, il a mis l’accent sur le nombre de formations disponibles aujourd’hui dans l’île et qui contribuent à permettre aux Rodriguais de « dibout lor so 2 lipie. »
Il a avancé que chacun doit prendre son avenir en main et ne pas se fier au destin, à l’horoscope ou aux jeux de hasard. Il a également exprimé sa satisfaction des « petits prêtres Rodriguais qui sont en train de prendre la relève. » Le diocèse compte en effet cinq prêtres rodriguais et une dizaine de religieuses rodriguaises ayant déjà prononcé leurs voeux.
Tout en rappelant la visite que Jean-Paul II rendit à son agresseur en prison, l’évêque de Rodrigues a mis l’accent sur le pardon et a invité l’assemblée à suivre cet exemple. Parlant de Jean XXIII, il a rappelé que ce pape « a su rendre l’église audible au 21e siècle. »
Le père Teddy Labour, ordonné récemment, a pour l’occasion fait un petit historique du parcours de Jean-Paul II.