La Rodrigues Government Employees Association (RGEA) est montée au créneau pour dénoncer l’absence de considérations du Pay Research Bureau par rapport aux employés de l’Administration de la Rodigues Regional Assembly. Une mission du PRB se trouve actuellement dans l’île en vue des préparatifs pour la publication du prochain rapport salarial dans le secteur public prévue en octobre prochain avec les recommandations mises en vigueur à partir de janvier 2016.
Dans la matinée d’hier, le directeur du PRB, Curpen Naick, a eu des consultations avec des représentants de la RGEA et d’autres instances à Rodrigues. Alain Tolbize, président du RGEA, s’est appesanti sur le fait que le syndicat ne compte pas déposer devant le PRB si les anomalies dans les rapports de 2008 et de 2013 ne sont pas corrigées à la satisfaction des fonctionnaires de l’île. Ces derniers ne veulent pas être pris pour de l’argent comptant.
Alain Tolbize a stigmatisé le manque de volonté politique au niveau local et à Maurice. «Politiciens bizin rode zouti pou fer outonomie fonctionner. Pa zis plaigner quand travay pa marse. Sef komiser bizin donne ene mandat kler  à PRB. PRB 2013 pas ankor implementer, ene lautre rappor pe vini. Avan lotonomi ti ena plis dimoune dan guvernma ek apre fonctionnaire fine diminuer, poste fine reste vakan’’, déclare-t-il alors que les fonctionnaires ne peuvent se prévaloir de leurs congés faute de remplaçants.
Rashid Imrith, président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP), est d’avis que le PRB n’a pas encore été en mesure de comprendre le combat des Rodriguais pour une «rodriganisation» du service public. «L’autonomie n’a jamais été une réalité, car il n’y a pas eu d’Executive Arm. Les dispositions du Rodrigues Regional Assembly Act ne sont pas mises en pratique vu le manque d’infrastructure, de ressources et de moyens. La formation fait cruellement défaut», a-t-il dit.
‘’Si PRB pa kapav tire ene rapor pou Rodrigues savedir ki lotonomi pou reste lor papye», a poursuivi le président de la FSSP, qui a révélé que «92% du rapport mis à exécution à Maurice contre 8% seulement à Rodrigues». Il s’est appuyé sur la récente déclaration du ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, sur le retard accumulé par Rodrigues pour réclamer des mesures d’urgence et de rattrapage. Il est d’avis que le Performance Base Budgeting et le Performance Management System ont freiné Rodrigues dans son développement.
Tout en déclarant que Maurice pratique une politique discriminatoire vis-à-vis de Rodrigues, Rashid Imrith a déclaré que 2 000 postes sont restés vacants dans la fonction publique à Rodrigues. Il a lancé un appel au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui a donné l’autonomie à Rodrigues pour que les structures nécessaires soient mises en place pour l’épanouissement de cette étape de l’émancipation politique des Rodriguais.