Jean Maurice Collet (29 ans), soupçonné d’avoir agressé mortellement son ex-compagne, Chancella Perrine (22 ans), à Citron Donis le 20 août, a été arrêté tôt ce matin dans la région de Baie-des-Lascars, à Rodrigues. Le suspect, alias Ti Collet, se terrait dans un bâtiment abandonné, autrefois utilisé comme boutique. C’est sur la base de certains renseignements que l’équipe du surintendant Nicole a appris qu’un individu louche se trouvait à l’intérieur, des personnes ayant en effet déclaré avoir aperçu une silhouette « bouger ».

Soupçonnant l’individu d’être un voleur, les policiers ont alors monté une opération pour le cerner. Contre toute attente, le fugitif n’a opposé aucune résistance et devait décliner son identité. « Mo pe rann mo lekor misie. Mwa Ti Colet sa. Pena personn avek mwa », a-t-il lancé. La police a retrouvé quelques effets personnels dans le bâtiment, leur faisant penser que le suspect a bénéficié d’aide durant sa cavale. C’est finalement sous forte escorte policière que Jean Maurice Collet a été conduit directement au bureau de la CID de Port-Mathurin pour y être interrogé. Dans un premier temps, les enquêteurs espèrent qu’il expliquera les circonstances de la mort de Chancella Perrine. Et ensuite qu’il donnera les noms des personnes l’ayant aidé durant sa fuite. Quatre personnes soupçonnées d’avoir fourni nourriture et vêtements au suspect avaient d’ailleurs déjà été arrêtées en septembre.

Le suspect était attendu au tribunal de Port-Mathurin à la mi-journée, où il devrait faire face à une accusation provisoire de meurtre. Un important dispositif de sécurité était en cours devant le bureau de la CID ce matin afin que les procédures se déroulent dans les meilleures conditions. Selon une source proche de l’enquête, il n’est pas exclu que le présumé meurtrier participe également à un exercice de reconstitution des faits cet après-midi.

La nouvelle de son arrestation a apporté un soulagement dans l’île car un sentiment de frayeur s’était installé depuis quelque temps, les habitants le soupçonnant d’être armé. D’autant que Jean Maurice Collet a donné du fil à retordre à la police, se déplaçant constamment pour ne pas se faire prendre. Plusieurs opérations ont ainsi été menées à Port-Mathurin, Baie-des-Lascars, Roseaux Crève-Cœur, Pointe-Vénus, et Contour-Oblasse, entre autres. Une équipe du Central CID, placée sous la supervision du DCP Devanand Reekoye, avait même fait le déplacement à Rodrigues pour aider la CID de Port-Mathurin. De même, des éléments de la Special Mobile Force (SMF), armés de fusils et assistés de chiens renifleurs, avaient également ratissé plusieurs endroits, mais là encore sans succès, tombant uniquement sur des restes de foyers et des ustensiles de cuisine.

À la mi-septembre, Ti Collet avait par ailleurs cambriolé un restaurant à Port-Mathurin, ce qui avait été enregistré par les caméras de surveillance du commerce. Selon la police, l’homme « se déplaçait souvent pour brouiller les pistes ». Mais depuis quelques semaines, les enquêteurs n’avaient plus rien entendu à son propos, allant jusqu’à soupçonner qu’un individu l’hébergeait. Mais en réalité, le suspect se cachait dans cette ancienne boutique de Baie-des-Lascars. À noter que la police a placé un cordon de sécurité sur les lieux en attendant son inspection par une équipe du Scene of Crime Office.

Pour rappel, Chancella Perrine a reçu plusieurs coups de couteau de son ex-compagnon dans l’après-midi du 20 août dernier alors qu’elle tenait son bébé d’un an dans les bras. Elle a tout fait pour protéger son nourrisson. Ses deux autres enfants, âgés de cinq et trois ans, étaient à côté d’elle au moment du drame. La victime était partie les chercher à l’école alors que le suspect s’était caché dans un buisson sur le chemin menant à la maison de la victime, à Citron-Donis. C’est finalement son fils aîné qui est parti chercher du secours auprès de sa grand-mère.

Avant de s’écrouler, Chancella Perrine a confié à sa mère : « Mama, trap mo ti baba. Jean Maurice inn pik mwa. » Mais à l’arrivée de la police et du Samu, la jeune mère avait déjà rendu l’âme. Ti Collet avait, lui, pris la fuite. Selon la police, le suspect est de nature violente et n’aurait pas apprécié que sa compagne mette un terme à leur relation. La victime en avait assez des crises de jalousie du suspect et qu’il lève la main sur elle.

Avant de commettre l’irréparable, Jean Maurice Collet était en liberté conditionnelle pour avoir tenté de brûler la maison de la mère de ses enfants. Dans un premier temps, la police n’écartait pas la possibilité que le suspect ait pu mettre fin à ses jours, car il avait tenté de se pendre dans le passé, après une énième dispute avec la victime. Ce jour-là, c’est Chancella Perrine qui avait coupé la corde pour le sauver. À noter que les funérailles de Chancella Perrine ont eu lieu deux jours après son décès à l’église Saint-Gabriel.