Des membres du MIR de Rodrigues en conférence de presse
  • Un pique-nique populaire organisé dimanche prochain avec en prime une chasse au trésor sur les lieux

L’affaire du trésor de la vallée de Saint-François à Rodrigues prend de nouvelles dimensions. En marge des revendications indépendantistes exprimées par des dirigeants du Mouveman Independantis Rodriguais (MIR) et la demande pour que le trésor reste la propriété de Rodrigues, un pique-nique populaire avec une chasse au trésor est annoncé pour dimanche prochain. Par ailleurs, des membres du MIR ont littéralement pris possession du site de la vallée de Saint-François aux dépens des éléments de la Special Mobile Force affectés depuis la semaine dernière alors que le nombre de visiteurs n’a cessé de croître depuis.

Les dirigeants du MIR sont montés au créneau pour clairement revendiquer la propriété du trésor de Saint-François. Pour étayer leurs propos, ils soutiennent que lors des élections du 7 août 1967 avec pour principal enjeu l’indépendance de Maurice, Rodrigues avait voté contre.

« Nou dir nou pa dakor parski 97% nou bann gran dimounn ti vot kont sa demars-la. Zot pa ti dakor ek nou osi nou pa dakor », a soutenu Jocelin Louis, un des porte-parole du MIR en ajoutant que les Rodriguais constituent « un peuple, avec sa terre, son espace marin » et que tout ce qui se trouve sur sa terre lui revient en tant que propriété. « Tout comme la France appartient aux Français et les Seychelles aux Seychellois, Rodrigues appartient aux Rodriguais. Pena lot matematik sa. Rodrig zame ti demann pou viv anba morisien li. Rodrig zame ti demann pou gagn atase ek Moris li », a-t-il déclaré.

Pour Jocelin Louis, seul le MIR possède la légitimité de revendiquer et de défendre les acquis de Rodrigues aujourd’hui. « Zame nou finn dakor ki Rodrig bizin viv sou talon enn metr etranze. Zordi kan ou tann dir diaman, larzan, lor, lerla bann parti tradisionel vinn dir dibyen Rodrig bizin res pou Rodrig, me an mem tan zot pe dakor ki ena enn bann metr dan Porlwi ki diriz zot », fait-il valoir.

De son côté, Stivelle Castel, a fait ressortir : « Dan Rodrig nou ena nou zistwar, nou later ek se nou pei. Seki dekouver lor later Rodrig pa kapav kit Rodrig. Minis mentor Jugnauth finn demontre plizir fwa akel pwin li pa respekte Rodrig kouman enn pep. Tou desizion ki zot pran pou nou, nou zis spektater. La zot pe vinn rod ankor enn fwa aproprie nou patrimwann. » Elle est d’avis que les autorités locales à Rodrigues doivent confronter l’État mauricien avec les faits. Elle exhorte les commissaires, des élus du peuple, à prendre position en faveur du peuple qui les a élus pour défendre ses intérêts. Elle réclame que le site de la vallée de Saint-François soit placé sous le contrôle de l’Assemblée régionale de Rodrigues.

Pour sa part, Angel Lévèque, a annoncé l’organisation d’un rassemblement populaire dimanche prochain sur les lieux. « Mo demann zot vinn defann nou leritaz, nou dignite ek nou fierte. Vini pou nou ekrir nou zistwar nou mem parski nou pa bizin etranze pou vinn ekrir nou zistwar dan nou plas », dit-elle. Et d’ajouter qu’une pétition nationale sera organisée et sera remise au chef commissaire, Serge Clair, afin de faire comprendre que le trésor « doit rester en terre rodriguaise ». Les deux Mauriciens, qui ont découvert le trésor, ont aussi fait l’objet de critiques des dirigeants du MIR.