À Jour J-4 du Nomination Day pour les élections régionales de Rodrigues, les données par rapport aux forces politiques en présence sur le terrain se sont décantées. En effet, le leader du Front Patriotique Rodriguais (FPR) Johnson Roussety s’est décidé quant à sa candidature pour le scrutin du 5 février prochain. Il s’est ravisé quant à sa candidature dans la région No 5, Port-Mathurin, pour mener la Party List du FPR pour les proportionnelles. Cette formation politique, qui animera demain un point de presse à son QG de Baie-du-Nord, a lancé sur son site web son manifeste électoral intitulé « Autodétermination : Pour une île Rodrigues libre ».
Les dernières informations postées sur le site web du FPR confirment la présence de Johnson Roussety en tête de la Party List pour les proportionnelles. De ce fait, le FPR sera représenté dans la région de Port-Mathurin par Joseph Clarence Perrine et André Lellio Roussety. Ce retrait de Johnson Roussety de la région No 5 devra laisser la place à quasiment une lutte à mort entre l’Organisation du Peuple de Rodrigues de Serge Clair et le Mouvement Rodriguais (MR) de Nicolas Von Mally. Les deux sièges du chef lieu de Rodrigues sont considérés comme étant d’un apport capital pour le contrôle de la majorité au sein de l’Assemblée régionale.
L’OPR avec la candidature d’Ismaël Vallymamode dans la région No 5 est déterminé à reprendre son bien que le parti avait perdu lors des dernières élections régionales avec la victoire de Johnson Roussety, alors chef de file du MR. De son côté, le MR ne compte nullement faire de la figuration à Port-Mathurin en alignant la chef commissaire adjointe, Marie Thérèse Clair-Brault, et le commissaire à l’Agriculture, Louis Ange Perrine, ancien colistier de Johnson Roussety. Ainsi, la joute à Port-Mathurin devrait prendre la forme d’un véritable « game winner » à la proclamation des résultats le 6 février prochain.
Avec cette dernière décision, Johnson Roussety semble avoir tenu compte des commentaires des observateurs de la scène politique selon lesquels il avait de meilleures chances de retrouver son siège à l’Assemblée régionale en menant la Party List qu’en s’inscrivant en tant que candidat dans une des six régions lors du dépôt de candidatures de samedi prochain. Néanmoins, à sa décharge, Johnson Roussety sera le seul leader à être sur la liste des proportionnelles car Serge Clair, leader historique de l’OPR, sera candidat dans la région No 6 de Grande-Montagne alors que le chef commissaire sortant et chef de file du MR, Gaëtan Jhabeemissar, déposera sa candidature dans la région No 1 à La Ferme avec pour colistière Jennifer Lamvohee. Leur élection au suffrage universel ne souffre pas de contestation au vu de l’état du rapport des forces entre les partis politiques dans ces régions.
« Autonomie relative »
Le manifeste du FPR, un document d’une cinquantaine de pages, peut être consulté sur le site web du parti depuis ce matin. Les dirigeants du FPR passeront en revue lors d’un point de presse demain les grandes lignes de ce programme politique axé sur l’autodétermination de Rodrigues. Dans un message en guise de préambule, Johnson Roussety affirme qu’il est « du devoir des Rodriguais d’aspirer à prendre leur avenir en main et de revendiquer les pleins pouvoirs pour diriger leur pays et l’engager dans le développement durable ».
Justifiant la démarche de mettre l’autodétermination en plein coeur du débat électoral, le leader du FPR poursuit : « L’Autonomie obtenue depuis 2002 est relative. Pour avoir été Chef Commissaire de Rodrigues je puis vous assurer de l’humiliation que subit cette autonomie au quotidien de la part de certains à Port-Louis. Je puis vous assurer du mépris, de la légèreté et du dédain avec lesquels certains traitent les affaires rodriguaises – de leur refus délibéré de respecter et de laisser fonctionner l’autonomie. C’est pour cela qu’avec le FPR nous avons choisi d’opter pour une Île Rodrigues Libre et non une île Rodrigues assujettie à la domination et à l’arrogance. »
Outre tout un chapitre consacré au principal thème de la campagne du FPR, le manifeste se décline en une vingtaine de chapitres, touchant à tous les aspects de la vie politique et quotidienne à Rodrigues avec une série de propositions.
En conclusion à son message, Johnson Roussety affirme que « nous n’avons pas à nous agenouiller au sein de cette République pour obtenir ceci ou cela. Au contraire nous devons nous mettre debout et faire valoir nos droits et dire haut et fort nos aspirations. Nous devons nous ouvrir sur le monde, faire de nos secteurs économiques des moteurs supportant nos besoins, transformer le Rodriguais en entrepreneur, et ouvrir notre port et notre aéroport sur l’international. C’est à nous de construire notre pays. »