Comme annoncé dans le discours-programme l’année dernière, des assises sur l’entrepreneuriat ont eu lieu les 6 et 7 février 2013. Elles avaient pour mission de contribuer à définir un plan stratégique et un plan d’action de cinq ans. L’objectif étant de promouvoir l’entrepreneuriat qui reste le moyen incontournable de création d’emploi et de promotion de développement économique à Rodrigues.
Entrepreneurs, acteurs du secteur financier, organisations non gouvernementales (ONG), syndicats, étudiants, enseignants du secondaire et représentants des autorités publiques ont participé à ces assises de l’entrepreneuriat. Ils ont ainsi eu l’occasion de faire un état des lieux de la situation à Rodrigues et des nouvelles opportunités à développer.
Il a ainsi été décidé que les coopératives ont un rôle important à jouer dans l’entrepreneuriat à Rodrigues. Elles représentent un outil important de création d’entreprise, car elles permettent la mutualisation des moyens afin de mieux juguler les contraintes.
Les participants ont également mis l’accent sur les forces de l’entrepreneuriat rodriguais, à savoir, la proximité, la créativité, la disponibilité des ressources, le savoir-faire et la renommée des produits rodriguais.
Par ailleurs, des faiblesses ont également été identifiées, à savoir, la lenteur administrative, la concurrence déloyale, les manquements dans l’application de la loi, des règlements, la méconnaissance des lois, le piratage et la contrefaçon, le manque de contrôle, d’accessibilité à l’information, d’accompagnement, de capacité de stockage, de dynamisme de la Rodrigues Trade and Marketing Company Ltd, entre autres.
L’installation des câbles optiques à Rodrigues est considérée comme une opportunité à saisir. De même, les entrepreneurs sont appelés à profiter de la disponibilité des terrains agricoles, de l’accès aux finances, des possibilités énormes de l’aquaculture et du concept des îles vanilles, pour le tourisme.
Des propositions ont été faites pour rendre le secteur plus efficace. Citons la mise sur pied d’un one stop shop, l’assouplissement des différentes procédures administratives, la catégorisation, l’élaboration d’un plan visant à booster l’entrepreneuriat ainsi que la mise sur pied d’une chambre des entrepreneurs.
De même, il a été suggéré de favoriser les échanges au niveau local, national et international. Dans cette optique, la révision des tarifs aérien a aussi été évoquée. Dans le même souffle, il a été suggéré que l’entrepreneuriat devienne une matière formelle à l’école, comme c’est le cas à Maurice.
À la fin des assises, la Chef Commissaire adjointe, Franchette Gaspard Pierre Louis, a annoncé la mise sur pied d’un comité pour l’élaboration des projets à court, moyen et long termes.