Les week-ends se succèdent et se ressemblent à Rodrigues avec des visites de VVIPs. Depuis vendredi matin, la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, effectue sa première visite officielle dans l’île faisant partie intégrante de la République de Maurice alors que le week-end dernier, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, dressant un constat de la face cachée des poches de pauvreté, a déclaré la guerre à la « république à deux vitesses » en faisant miroiter des investissements de l’ordre de Rs 5 milliards sur le plan des infrastructures au cours des cinq prochaines années. Il a annoncé que d’ici la fin de cette année, Rodrigues sera dotée de sa technopole pour insuffler un nouvel élan au développement. Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, est annoncé dans l’île en octobre prochain pour les manifestations marquant le Jour de Rodrigues autonome.
La présidente de la République, qui a été reçue avec tous les honneurs dus à son rang à sa descente d’avion au Sir Gaëtan Duval Regional Airport, s’est déclarée enchantée par l’accueil que lui ont réservé le chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Serge Clair, les membres du conseil exécutif, de la classe politique et la population de l’île.
« A ma première visite officielle à Rodrigues, je suis extrêmement heureuse de l’accueil chaleureux qui m’a été réservé. Au cours de mes deux jours de mission, je vais rencontrer aussi les jeunes, les femmes et voir les projets en chantier. C’est ma première visite à Rodrigues mais pas la dernière. Rodrigues est partie intégrante de la République, elle mérite tout ce qui est nécessaire pour son développement. Dans le passé, j’ai travaillé sur Rodrigues pour faire l’inventaire des plantes, je dois dire que Rodrigues possède beaucoup de trésors qui méritent d’être sauvegardés », a déclaré la présidente de la République après avoir passé en revue une garde d’honneur.
Dès le départ de l’aéroport, l’invitée de marque a été sollicitée pour une première fonction de son programme de visites. Elle a procédé à la cérémonie d’ouverture officielle du Salon des Métiers et des Entreprises se déroulant au collège de Mont-Lubin. Lors de son intervention, elle a parlé de son expérience professionnelle en tant que scientifique et entrepreneur, en guise d’inspiration pour les jeunes présents. Elle a salué l’initiative du bureau de l’adjointe au chef commissaire pour cette initiative en vue de  créer le déclic chez les visiteurs et les entrepreneurs. Elle considère que la communication est un outil incontournable dans la réussite du monde des affaires aujourd’hui. « A travers la collaboration, le partenariat et le financement, on peut créer de l’emploi », souligne-t-elle en lançant un appel aux entrepreneurs à fournir les efforts nécessaires dans ce sens.
Au chapitre de la biodiversité et du changement climatique, la présidente de la République a soutenu qu’il est de l’intérêt de tout un chacun de ne pas dégrader l’environnement mais de protéger le patrimoine naturel. Elle a également fait état de son intérêt à promouvoir un développement harmonieux et en partenariat au sein de la République.
De son côté, le chef commissaire a mis l’accent sur des projets dans les domaines de l’éducation et de l’agriculture. « Avec le statut autonome de Rodrigues, la population est appelée à visionner l’île dans l’avenir. Cependant, il nous faut avoir la possibilité et les moyens nécessaires pour nous permettre d’atteindre notre objectif », a-t-il dit. Avec les techniques modernes, les Rodriguais peuvent faire de l’agriculture moderne. Il estime que Rodrigues a besoin de créer un secteur privé solide pour sa croissance économique et sociale en ajoutant que la tenue de ce salon s’inscrit dans l’optique de créer une culture entrepreneuriale pour une île Rodrigues moderne et soutenable.
D’autre part, le développement était au centre de la visite effectuée de samedi à mercredi de la semaine dernière par le ministre des Finances. Mais avant d’annoncer que le gouvernement compte consacrer une enveloppe de Rs 5 milliards au cours des cinq prochaines années dans l’infrastructure, il a tenu à côtoyer, ne serait-ce que pour quelques instants, ceux qui vivotent dans des poches d’extrême pauvreté dans l’île, notamment à Terre-Rouge, Dans-Bébé, Château-de-Fleurs et Grand-La-Fouche-Mangue.
Le contact avec ces villageois s’est transformé le ministre des Finances en un cri de guerre contre la « république à deux vitesses ». « Pa kapav éna ène répiblik à dé vitesse. Rodrigues doit absolument rattraper le retard accumulé. Rodrigues amorce une phase de rattrapage économique et social », a-t-il déclaré en substance, et tout cela, dans le respect de la spécificité de Rodrigues.
L’une des premières étapes concrètes est que Rodrigues aura bientôt un Smart SME Village et une technopole. La pose de la première pierre s’est déroulée mardi à Malabar, Rodrigues. En présence du chef commissaire, M. Serge Clair, et de plusieurs autres personnalités de l’île il a annoncé à cette occasion la mise sur pied d’un SME Stimulus Fund de Rs 200 millions pour soutenir les entrepreneurs.
D’autre part, Rodrigues aura bientôt une technopole moderne pour développer des filières à forte intensité de technologie et de connaissance, dont les activités de recherche et de développement. Le gouvernement met à la disposition des jeunes chercheurs et créateurs des facilités nécessaires pour qu’ils puissent explorer de nouvelles idées et de développer des prototypes dans un environnement propice à la recherche et l’innovation. Ce sera le sixième projet de Technopole de la République de Maurice, et sera développé par la Business Parks of Mauritius Lilmited (BPML). La technopole devra être prête dans six mois.