Stevenson François posant fièrement avec le requin-tigre qu’il a capturé

C’était l’effervescence dimanche à Grand-Baie, Rodrigues, où Stevenson François, plus connu comme « Manu peser », a capturé un requintigre de 400 livres. « C’est une vraie machine à tuer », dit-il, conscient que cette espèce est réputée pour être très dangereuse. 

Son exploit est d’autant plus surprenant que le requin a été capturé à la ligne. Revenant sur sa prise, Stevenson François avance qu’il a fait une sortie en mer tôt le matin en espérant prendre quelques poissons. Accompagné de son ami Frédéric Begue, il a pris place à bord d’une pirogue de 30 pieds en direction du large, au nord de Rodrigues. Mais après avoir pris quelques thons, carnages, sacré chiens et poissons vacoas, il a senti que le poids de sa ligne était anormalement lourd.

« Rekin li kontan pwason e li finn pran enn pwason ki finn krose dan enn lamson kan mo ti pe fer latrenn e mo finn santi sapwa-la, donk mo finn gard mo kalm e mo finn badinn avek li avek lalign. Monn fini par touy li ek lafatig », relate le pêcheur.

Cependant, « Manu Peser » avance qu’il a joué la carte de la prudence pour que le requin ne saute pas dans la pirogue et le blesse. « Li finn afebli e mo finn trouve ki li finn ena ankor bann vie lamson dan so labous. Lezot peser finn rod lapes li me pa finn gagn li. Li finn aval enn pwason e dan so vant ti ena ankor enn lot pwason ki apel “laf”», explique-t-il.

Outre le requin-tigre, les deux pêcheurs ont pêché environ 55 kilos de poissons ce jour-là. Lorsqu’ils ont regagné la terre ferme, la nouvelle de la capture du requin-tigre s’est répandue dans le village de Grand-Baie. Une petite foule est alors venue accueillir Stevenson François et son ami. Même des ingénieurs de Mauritius Telecom, travaillant sur le projet de fibre optique dans la localité, sont venus admirer cette prise. Certains ont même immortalisé l’événement de cette belle prise en prenant un maximum de photos. « Manu Peser », très heureux, raconte avoir appris ce métier en accompagnant son père, Robert François, dans le lagon à l’âge de 11 ans.

Trois ans plus tard, il était capable de pêcher seul au casier et à la ligne. Aujourd’hui, il compte une trentaine d’années d’expérience et tient sa petite entreprise de pêche. Stevenson François avance que la mer nourrit toujours son homme. « Mo satisfe ki lapesla pe marse bien e pe gagn inpe pwason dan sa sezon-la », dit-il. Profitant de l’occasion, il encourage les jeunes à pratiquer ce métier. « Mo pre pou donn enn koudme pou montre zot lapes si gouvernman donn mwa sa lokazion-la. Metie peser li fasonn enn zenn sa, li okip so letan, li dire e li pasionan a lafwa. Bann zenn ki tirbilan bizin vinn fer lapes deor e zot pou vinn bann bon peser responsab », conclut-il.