Munis de pancartes et de pavillons, ils ont participé, hier, à Port-Mathurin, à une marche pacifique à l’appel de la Rodrigues Government Employees Association. Cette manifestation, qui coïncide avec le 15e anniversaire de l’accession de Rodrigues à l’autonomie, se veut un signal de la population aux dirigeants de l’île quant aux graves problèmes que traverse le pays, comme la pénurie chronique d’eau, le chômage, la misère, le dysfonctionnement de la fonction publique entre autres. C’est ce qu’a indiqué le syndicaliste, Alain Tolbize, président de la RGEA.
« Nous constatons qu’il y a une détérioration dans les différents services offerts par la fonction publique à la population. Il existe également beaucoup de mécontentements, pas seulement au niveau des fonctionnaires qui n’ont ni les moyens ni les structures nécessaires pour mener à bien leur travail, mais également au sein de notre société. Trop souvent, à tort ou à raison, tous les types de problèmes qui perdurent à Rodrigues, que ce soit au niveau de l’eau, de l’agriculture, du problème d’allocation de baux ou de l’élevage, entre autres, retombent automatiquement sur le dos des fonctionnaires. Les autorités font croire que les responsables sont les fonctionnaires. Il est temps de dire stop parce que trop c’est trop. Il est grand temps que chacun assume ses responsabilités », soutient le président de la RGEA justifiant cet appel à la mobilisation.
« Si notre société ne fonctionne pas comme il se doit, les fonctionnaires ne sont pas coupables. C’est le système qui est dépassé. Et nous l’avons dit à maintes reprises. Il faut un changement en profondeur de la Rodrigues Regional Assembly », poursuit le syndicaliste, qui ajoute que l’imposition du système de Performance Management System (PMS) ne constitue nullement la solution dans la conjoncture. Il regrette que le projet de restructuration du secteur public dans l’île ne retienne pas l’attention : « Nous avons épuisé tous nos arguments, mais sans résultats. Tous les constats négatifs que nous avons faits ont un impact direct sur notre société », « Le seul recours, valeur du jour, est cette marche pacifique, dans le calme, afin d’exprimer le mécontentement du citoyen sur la façon dont bann kitsoz pe deroule dan Rodrig zordi. Nous sommes fonctionnaires, mais aussi des citoyens », s’est-il appesanti en commentant la dernière décision imposée, soit un règlement interdisant l’importation des véhicules de plus de sept ans.
« Certains dorment le soir et font des rêves. Le lendemain ils veulent faire passer leurs rêves pour des réalités. La RGEA dit ASSEZ », note Alain Tolbize. « Notre action n’a rien de politique partisane. C’est dans l’intérêt de tous les citoyens, c’est une action citoyenne », maintient-il.