L’Assemblée régionale de Rodrigues se réunira d’urgence, jeudi, en vue de débattre une motion de blâme déposée par le Minority Leader, Nicolas Von Mally, contre le commissaire de la Santé, Simon Pierre Roussety. En effet, devant les difficultés rencontrées par les patients du département de dialyse du Queen Elizabeth II Hospital de Crève-Coeur et les graves problèmes dans la gestion de la santé publique dans l’île, le Mouvement Rodriguais a jugé nécessaire de recourir à cette motion d’urgence. Dans la matinée, Nicolas Von Mally devait revenir en long et large sur les raisons derrière cette démarche.

Mais la présentation de cette motion de censure intervient à un très mauvais moment pour le commissaire en question. Dans la conjoncture, Simon Pierre- Roussety doit faire face à une demande de la part du chef commissaire et leader de l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR) pour céder sa place en tant que commissaire de la Santé à Roxanna Collet. Cet arrangement pour un Fifty/Fifty à la commission de la Santé avait été agréé lors de la composition du conseil exécutif de l’Assemblée Régionale de Rodrigues et doit se matérialiser d’un moment à l’autre. Mais, il semblerait que Simon Pierre-Roussety « is having second thoughts » à ce sujet. De son côté, le Minority Leader est très remonté par ce qui se passe au sein de la commission de la Santé à Rodrigues et surtout dans des centres hospitaliers.

Dans la matinée de ce lundi, la direction de l’hôpital Queen Elizabeth II avait sollicité l’intervention de la police pour empêcher Nicolas Von Mally de s’entretenir avec des patients au département de dialyse. « Dans la matinée, des patients, qui ne savaient pas encore s’ils allaient pouvoir faire leur traitement, m’avaient appelé pour me demander d’intervenir. Je me suis rendu à l’hôpital. A ma grande surprise, quand je suis arrivé et en guise de réponses, j’ai reçu comme accueil une crise d’hystérie de la part de la direction, qui a fait venir la police. Dans cette éventualité, je ne vois aucune autre façon de répondre que par une motion de censure contre le commissaire responsable », a déclaré au Mauricien Nicolas Von Mally, qui compte dresser la liste des carences à la Santé, dont les incinérateurs.