Photo archive

Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, qui est rentré de Madagascar, où il avait participé samedi à l’investiture d’Andry Rajoelina, se trouve actuellement à Rodrigues. Il a animé hier à Hermitage, dans les parages de Port Sud-Est, un congrès qui a réuni un millier de personnes. « Notre action à Rodrigues s’inscrit dans le cadre d’une démarche visant à permettre aux Rodriguais d’avoir une voix au niveau de l’opposition au Parlement.

Les députés de l’OPR collaborent étroitement avec le gouvernement, qui dispose également d’un ministre de Rodrigues. Il est normal que nous travaillions avec le parti de l’opposition à Rodrigues de manière à créer un équilibre tant à Rodrigues qu’au niveau parlementaire à Maurice », explique le leader du PMSD. Il ajoute : « D’ailleurs, plusieurs dossiers concernant Rodrigues sont traités au niveau national. C’est le cas, entre autres, pour l’Éducation, le “law and order” et la drogue. »

Rodrigues, constate Xavier-Luc Duval, est la circonscription la plus pauvre de Maurice, soit après 50 ans d’indépendance et 17 ans d’autonomie. « Nous comprenons que l’île doit avoir sa spécificité, mais cela ne doit pas se faire au prix de la pauvreté. L’autonomie doit se conjuguer avec la prospérité. Il est déplorable que de nombreux Rodriguais doivent quitter leur île pour devenir des squatters dans des conditions difficiles à Maurice. C’est malsain. Nous disons que, tout en respectant le désir des Rodriguais de maintenir leur spécificité, il faut y inciter un vrai développement économique », soutien le leader du PMSD. Et de citer, à titre d’exemple, l’industrie touristique « qui peut être davantage développée ». Il poursuit : « Si les Seychelles, avec une population de 90 000 habitants, sont en mesure d’accueillir 300 000 touristes, pourquoi Rodrigues doit-elle se contenter de 23 000 touristes seulement ? »

Xavier Duval estime qu’il faut « encourager » plus de touristes à visiter l’île et ne pas limiter les facilités tarifaires uniquement aux Mauriciens. « Il faut également améliorer la qualité de l’industrie, de l’hospitalité et celle des services dans l’île. Il y a encore beaucoup à faire pour améliorer la qualité des infrastructures, notamment en ce qui concerne la distribution de l’eau », explique le leader du PMSD. Au niveau de l’agriculture et de l’élevage, Xavier Duval constate « avec peine » que la fièvre aphteuse a décimé le cheptel rodriguais. « Tous ces dossiers méritent d’être évoqués au niveau de Maurice », estime-t-il. Le leader du PMSD précise ensuite que son parti n’a pas encore désigné un candidat dans l’île. « Nous avons une longue histoire à Rodrigues et nous ne faisons que reprendre nos activités dans l’île », a-t-il soutenu.