L’Electoral Supervisory Commission (ESC) n’a pas entretenu officiellement la demande logée par l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR) pour l’allocation d’un siège supplémentaire au titre de la proportionnelle. Par ailleurs, la nouvelle majorité au sein de l’Assemblée régionale de Rodrigues s’est installée depuis le début de la semaine avec la répartition des responsabilités entre les commissaires de l’Executive Council et la priorité de l’heure est un état des lieux dans chacune des commissions. Les détails de cet audit général de ces cinq années sous l’administration du Mouvement Rodriguais (MR) constitueront la base de la première intervention officielle du nouveau chef commissaire de Rodrigues autonome, Serge Clair, à l’Assemblée régionale de la fin de la semaine.
Le litige autour de la répartition des sièges au titre des Island Region Members (proportionnelle) après les élections régionales du 5 février reste entier. L’Electoral Supervisory Commission (ESC) a écrit officiellement au leader de l’OPR pour l’informer que la demande pour l’allocation d’un siège additionnel à ce parti au titre de la proportionnelle n’a pas été entretenue par cette instance.
« Devant ce développement, nous allons nous réunir demain pour passer en revue la situation et décider de la marche à suivre. Ce n’est pas la première fois que l’OPR est pénalisée par cette formule de proportionnelle. En 2002, la majorité de quatre obtenue par l’OPR au vote direct avait été réduite à deux. Cette fois-ci, nous ne sommes qu’à un seul vote d’écart à l’Assemblée Régionale. Nous maintenons que le voeu exprimé aux urnes par le biais du vote direct doit être maintenu lors de l’allocation des sièges pour les Island Region Members », soutient Serge Clair, qui a préféré attendre les délibérations de l’OPR, demain, avant de confirmer toute action future, dont un éventuel arbitrage de la Cour suprême.
Entre-temps, les commissaires de l’Executive Council se sont attaqués au plus pressé, soit l’héritage légué par le MR. La première réunion de l’Executive Council de vendredi a été l’occasion d’une première mise en commun. La décision a été entérinée à l’effet qu’à la place d’un discours-programme, le chef-commisaire dressera un état des lieux devant l’Assemblée Régionale lors de la première réunion formelle de cette semaine.
« Nous avons également décidé d’organiser la première mission officielle à Maurice juste après la présentation officielle de cet audit. Nous comptons nous entretenir avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui est également responsable du portefeuille de Rodrigues et le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, sur l’état des finances de l’Assemblée Régionale. Les fonds budgétaires ont déjà été engagés avant les dernières élections et il ne reste presque plus rien dans les caisses », a déclaré le chef-commissaire.
Dressant un premier constat au sein de l’administration de Rodrigues autonome, Serge Clair soutient que « nous nous sommes retrouvés dans une maison à être réorganisée. L’administration souffre d’un manque de personnel. Mais il y a également une ingérence politique à outrance ».
La première décision du chef-commissaire a été de faire enlever tout le réseau de caméras de surveillance installées dans les bureaux de l’administration à Port-Mathurin. « Des écrans de surveillance étaient sous le contrôle du chef-commissaire et d’un policier. J’ai fait comprendre aux fonctionnaires qu’ils ne peuvent être sujets à une telle ingérence criminelle avec ces caméras, qui ont été enlevées dès lundi dernier », ajoute-t-il.
Parmi les cas de maladministration les plus fragrants jusqu’ici, le chef-commissaire a souligné qu’en une année, le budget de l’assistance sociale est passé de Rs 35 millions à Rs 57 millions.  « Ce budget avait été utilisé à des fins politiques en prévision des dernières élections. Des agents politiques avaient accès à la liste des bénéficiaires de l’assistance sociale et ils n’hésitaient pas à intimider ou encore à faire du chantage politique avec ces Rodriguais en état de vulnérabilité. Un véritable triste bilan », poursuit-il.
Les secteurs de l’Agriculture et de l’Education retiennent l’attention de la nouvelle majorité politique à Rodrigues. « L’Agriculture a régressé dans l’île au cours de ces cinq dernières années avec pour principale conséquence que la superficie agricole est passée de quelque 4 000 arpents à seulement 2 500. En ce qui concerne l’Education, l’une des premières mesures sera que la répartition des sièges dans des collèges sur la base des résultats des examens du CPE doit revenir à l’Administration de Rodrigues et non au Mauritius Examinations Syndicate, qui ne connaît pas la réalité de Rodrigues. L’Education découle des responsabilités de l’Administration et d’aucune autre instance », s’insurge-t-il.
Tout en affirmant que « l’assistanat est l’ennemi numéro un de l’OPR », le chef commissaire a fait état d’une première série de mesures adoptées par l’Executive Council visant à interdire des boissons gazeuses et leur remplacement par de « l’eau limon » lors des réceptions officielles, à lutter contre la prolifération des bouteilles en plastique et les cannettes de bière à travers l’île ou encore à promouvoir le co-voiturage des commissaires lors des fonctions officielles.
———————————————————————————————————————————
SYNDICALISME: Entretien Serge Clair/Rashid Imrith, hier
Le chef-commissaire, Serge Clair, s’est entretenu pendant une heure, hier matin, avec le président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public, Rashid Imrith. Ils ont passé en revue la situation au niveau de l’Administration de Rodrigues avec l’avènement de l’autonomie en 2002. Au cours de son séjour dans l’île, le syndicaliste a eu des séances de travail avec les dirigeants de la Rodrigues Government Employees Association (RGEA) et de la Rodrigues Public Service Workers Union en vue  du prochain rapport du Pay Research Bureau.
« Lors de mes échanges avec le chef-commissaire, l’unanimité s’est fait sentir que Rodrigues n’est pas dotée des structures conformes au Rodrigues Regional Assembly pour faire de l’autonomie une réussite. Les deux précédents rapports du PRB n’ont pas apporté de solutions aux problèmes qui ont surgi. Le mouvement syndical à Rodrigues mise beaucoup sur le prochain rapport pour rectifier le tir et également pour corriger cette anomalie flagrante en terme de coût de la vie avec l’introduction d’une Rodriguan COLA pour compenser la différence dans le coût de la vie avec Maurice », déclaré Rashid Imrith à Week-End.
L’une des principales retombées des consultations menées par le président de la FSSP est que les deux syndicats des fonctionnaires à Rodrigues et l’Island Chief Exective feront une Common Submission au PRB en vue d’améliorer les chances que les propositions soient retenues dans le prochain rapport.