L’idée était de marquer ce rassemblement autrement, voire d’une façon très originale. C’était le souhait de Michael Glover à Daniel André en organisant cette cérémonie. Au final, nous avons eu droit à une cérémonie pleine de fraîcheur concoctée par Daniel André et ses proches collaborateurs. « Michael voulait quelque chose de très spéciale pour se démarquer des autres rassemblements », a déclaré Daniel André. Nous dirons tout simplement qu’au final, il a réussi son pari.
Avec un autre ancien sportif, nommément Raphaël Spéville, comme maître de cérémonie, c’est sur un air de « I believe I can fly » de R. Kelly qu’a démarré cette cérémonie. Un titre rempli de symbolisme et qui veut tout dire. Cette chanson a été
interprétée par Chantelle Baptiste avec beaucoup de conviction et d’émotion surtout. Cette même athlète qui avait été médaillée d’argent au relais 4x100m lors des JIOI de 2003 à Maurice, alors qu’elle était encore cadette.
Lors de cette cérémonie, Michael Glover a remis deux médailles d’or d’honneur à deux anciens champions qui ont porté haut les couleurs de la République de Maurice, nommément le judoka Antonio Félicité et Daniel André, premier Mauricien à participer aux Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles aux Etats-Unis, avec Vivian Coralie, Dominique et Christine Béchard.
Le Chef commissaire Serge Clair a, lui, demandé aux présélectionnés de ne jamais baisser les bras. « Quand j’étais athlète à Maurice on m’appelait cabri Rodrigues et pour leur répondre, je les battais en course. Montrez de quoi vous êtes capables. Montrez leur qu’un cabri Rodrigues peut aussi gagner », a-t-il exhorter. En revanche, pour ce qui est de son légendaire « ou kapav ou pas kapav ? », l’assistance n’a pas vraiment saisi le sens de son appel restant pratiquement sans réaction. Soulignons que la cérémonie de lundi était agrémenté d’un spectacle mélangeant chanson moderne, zumba et musique traditionnelle. A noter que  le TFES a pris la décision d’offrir un chèque de Rs 10 000 à Liliane Potiron dont la maison a pris feu récemment.