Les dirigeants de la Rodrigues Nursing Workers Union face à la presse

Les membres du syndicat de la Rodrigues Nursing Workers Union avaient réuni la presse le 12 décembre à Crève-Cœur afin d’informer la population que leurs combats et revendications devant les autorités ont abouti. Les membres sont fiers d’annoncer que désormais, à partir du 15 décembre, les centres de santé de Mont-Lubin et de La Ferme auront des officiers spécifiques pour s’occuper du Record Office, du service de l’ambulance ainsi que de celui de la téléphonie. Ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Un travail supplémentaire, qui incombait aux infirmiers, alors que cela ne faisait pas partie de leur “scheme of duty”.

Cette lutte, selon le président du syndicat, a pour objectif « l’amélioration du service de la santé » à Rodrigues. « Ce travail, qui n’a rien à voir avec le nôtre à proprement parler, des “non nursing duties”, nous le faisions sur une base volontaire, et ce afin de soulager les patients. Et cela dure depuis des années. Mais au fil du temps, nous avons constaté que cela influe directement sur notre travail au détriment des patients. Nous ne sommes pas supposés répondre au téléphone pour un service d’ambulance, ni aller chercher les dossiers des patients au Record Office, ni pour faire des arrangements de transports des patients. Ce sont de “non nursing duties” », explique Bruno Brasse, le président du syndicat.

Il ajoute que tous les patients, qui viennent à l’hôpital de Mont-Lubin ou de La Ferme, viennent toujours frapper à la porte des infirmiers pour avoir leur dossier ou pour d’autres services. « Nous avons toujours fait cela volontairement sans rien réclamer en retour, même si cela ne fait pas partie de notre travail. Nous le faisions dans le but de donner satisfaction à toute la population et en les soulageant afin qu’ils puissent retrouver leur guérison au plus vite. Mais cette situation n’a que trop duré. Et au final, nous n’arrivions pas à faire notre travail correctement. Nous n’arrivions pas à prendre soin du patient, ce qui est en fait notre travail », dit-il.

C’est la raison pour laquelle la Rodrigues Nursing Workers Union, après maintes négociations avec les autorités concernées, s’est dit en faveur du recrutement de personnes spécifiques qui s’occupent de ces postes dans les deux centres de santé. Car chaque personne doit jouer son rôle propre afin qu’au final tout le monde soit satisfait du service de la santé. Bruno Brasse explique que, grâce à l’action que le syndicat a menée en juillet 2018, le problème a été résolu au centre de santé de Mont-Lubin. « C’était la première phase pour un service de santé plus performant. Et il fallait que la même chose se produise à La Ferme, tout comme au centre de santé de Mont-Lubin. Aujourd’hui, nous notons avec satisfaction que l’Assemblée régionale, avec nos recommandations, a  procédé à des recrutements dans ce sens », soutient-il.

Kenny Casimir, membre du syndicat qui travaille au centre de santé de La Ferme, abonde dans le même sens. « Sak grad travayer ena enn “scheme of duty”, Qui définit ce que celui-ci a à faire dans l’exercice de ses fonctions. Un infirmier a sa fonction, un téléphoniste la sienne, de même qu’un Record Officer et un Transport Officer. En principe, cela marche comme ça. Ce qui n’est pas le cas avec nous. Nous devons tout faire tout seuls, en plus de notre travail de Nursing Officer. Jamais cela ne marchera. Nous sommes confrontés à un travail qui devient de plus en plus “demanding” et nous n’arrivons pas à “deliver the goods”. Aujourd’hui le service de la santé est “very challenging”. Les patients sont exigeants et ils ont raison. Ou pa kapav okip pasian, reponn telefonn, rod dosie dan “records” ek zer servis lanbilans. C’est impossible », souligne avec raison Kenny Casimir.

Et d’ajouter que chaque employé doit suivre son “scheme of duty” comme prescrit par la loi, indiquant que chacun doit « pouvoir gérer le lot de ses responsabilités afin d’être plus performant ». Il poursuit : « Un Nursing Officer doit être capable de s’occuper de ses patients, point barre. Records Office, service d’ambulance ou de téléphone ne le concerne pas. Il doit pouvoir s’occuper de ses patients. » Et à partir du 15 décembre, ce sera chose faite, car le problème « sera définitivement réglé ».