Le catamaran Cirus, avec trois ressortissants français à son bord et faisant route de la Malaisie vers Maurice, a dû faire une escale forcée à Port-Mathurin, Rodrigues, ce matin. Un des trois membres d’équipage, Jean Ropiquet, 65 ans, a été blessé lors d’une manoeuvre en haut d’un des mâts de navigation et s’est disloqué l’épaule gauche depuis mercredi dernier. À ce moment, le catamaran se trouvait à environ 720 milles nautiques au nord-est de Maurice et à 390 milles nautiques au nord-est de Rodrigues. Le catamaran avait quitté la Malaisie pour rallier Maurice avant de reprendre la mer.
Le Cirus a approché le quai de Port-Mathurin vers 6h ce matin pour débarquer le sexagénaire blessé et immobilisé à bord. Il a été transféré d’urgence à l’hôpital Queen Elizabeth II, de Crève-Coeur, pour des soins. Le pronostic vital du navigateur français n’est nullement engagé. Les premières indications glanées de sources concordantes à Port-Mathurin avancent que le sexagénaire s’est blessé à l’épaule alors qu’il se trouvait sur un mât.
« Le Cirus faisait route vers Maurice quand l’un des trois membres d’équipage, se trouvant sur un mât, a été déséquilibré par une énorme houle, qui a secoué le catamaran. Il a glissé et son bras gauche a été pris dans le cordage. La conséquence est qu’il a été victime d’une dislocation de son épaule gauche », a fait comprendre un de ceux ayant pris part aux opérations d’évacuation vers l’hôpital. Le catamaran, qui n’avait pas prévu cette escale à Rodrigues, devra y être accosté pour quelques jours encore, le temps que le blessé n’obtienne le feu vert des médecins pour reprendre la mer.
Ainsi, en début d’après-midi de mercredi dernier, les autorités mauriciennes, à savoir la National Coast Guard Operating Room et la MRCC Mauritius, furent informées par la MRCC Gris-Nez de France d’un problème grave à bord du catamaran Cirus, long de 20 mètres. À partir des communications établies dès 15h30 mercredi avec l’équipage du catamaran, la décision fut prise de le dévier sur Rodrigues au lieu de Maurice en raison de la distance à parcourir. En parallèle, les navires croisant dans ces parages furent informés de cette urgence et leur collaboration a été sollicitée. Un des hublots du catamaran avait été endommagé lors de cet accident et des réparations ont été exécutées d’urgence pour éviter toute voie d’eau, susceptible de compliquer la situation à bord.
Le cargo MV Anteel, qui avait quitté Singapour à destination du Brésil, devait proposer son aide. Mais l’équipage du Cirus a décliné toute assistance vu que le blessé avait été immobilisé et que des premiers soins lui avaient été prodigués à bord. Le Quartier Général de la National Coast Guard, à Les Salines, devait assurer des contacts réguliers avec le catamaran en raison des conditions extrêmement difficiles prévalant en mer. Le MV Gorgious, qui était en route vers l’Afrique du Sud, devait maintenir « a sharp lookout of sailing catamaran Cirus », qui voguait à une vitesse moyenne de huit noeuds par heure. Le cargo MV Songa Peace s’était également porté volontaire en cas de toute urgence.
Finalement, ce matin vers les 6h, le Cirus devait engager les manoeuvres d’approche au quai de Port-Mathurin pour le transfert du blessé à l’hôpital. Toutefois, les autorités portuaires à Port-Mathurin ont donné priorité à l’accostage du MV Mauritius Trochetia ce matin avant de permettre au catamaran avec le blessé d’accoster…