Rodrigues a frappé un grand coup en athlétisme à l’issue des Jeux de l’Espoir et lors des Championnats nationaux minimes MCB, disputés il y a un peu plus d’une semaine au stade Germain Commarmond, à Bambous. En l’espace de quatre jours seulement, les minimes de Rodrigues ont battu trois records nationaux grâce à Adrien Gaspard (300m), Claudia Bernard (300m haies) et au relais 4X100m garçons. Une performance qui n’étonne pas l’entraîneur et ancien sprinteur international, Henrico Louis, responsable de ce groupe de minimes. « Je salue le gros travail d’équipe et aussi le soutien que nous avons auprès de nos différents partenaires. Seuls, nos athlètes n’auraient pas été aussi performants. Un grand bravo également à tous ces jeunes pour le travail accompli », a-t-il déclaré.
La semaine dernière, le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), par l’entremise de son Chief Executive Michael Glover, a récompensé Adrien Gaspard et Claudia Bernard avec un compte d’épargne de Rs 5 000 chacun. Un geste d’encouragement notamment pour Adrien Gaspard que Michael Glover surnomme affectueusement le « Usain Bolt Rodriguais » comme bon nombre de Rodriguais. « Ce geste du trust fund et de Michael Glover en particulier nous touche beaucoup. Cela motivera non seulement les deux athlètes, mais également les autres jeunes. Nous le remercions pour son soutien à l’égard du sport et des sportifs rodriguais et pour le travail du trust au niveau de Rodrigues », a souligné Henrico Louis. Ce dernier n’a  pas manqué non plus de remercier la Commission de la Santé et des Sports, plus particulièrement Ismaël Vallimamode, pour son soutien.
Pour Henrico Louis, la belle performance réalisée au cours de ces deux compétitions n’est pas le fruit du hasard. Il a indiqué que les bons résultats découlent de la bonne politique mise en place par le comité régional et par le bon travail entrepris par les entraîneurs. Il dira également que c’est sur la durée et un travail régulier que les jeunes sont parvenus à ces résultats. « Tous les jeunes qui ont brillé étaient sous ma responsabilité en 2012. L’année suivante, c’est Daniel André qui les a encadré avant que je ne les reprenne en main depuis janvier. » C’est justement ce travail d’équipe et la collaboration qui existe entre les entraîneurs à Rodrigues qui permettent aux jeunes de poursuivre leur progression dans de bonnes conditions.
Dans ce contexte précis, Henrico Louis n’a pas manqué de remercier Daniel André. « Daniel est quelqu’un qui possède une longue et riche expérience en tant qu’ancien athlète et entraîneur. Cette année, il a été souvent à mes côtés pour m’épauler et je lui dis merci. Grâce à son expérience, j’ai appris énormément du rôle d’entraîneur. Comme je le disais, les bonnes performances des minimes reposent sur un travail d’équipe », a-t-il fait ressortir.
Conditions très difficiles
Henrico Louis est toutefois d’avis que plus de moyens doivent être mis à la disposition des jeunes Rodriguais, afin que le travail puisse se faire dans les meilleures conditions. « Sans la bonne volonté des dirigeants, des entraîneurs, des athlètes eux-mêmes et de tous ceux qui nous aident, nous ne serions pas là aujourd’hui. Car les conditions à Rodrigues sont très difficiles », a-t-il souligné. D’ailleurs, avec la fermeture du stade Camp du Roi pour rénovation, les entraînements se font sur le terrain de football de Baie Lascar. Malgré cela, a-t-il précisé, les jeunes n’ont rien perdu de leur motivation.
L’entraîneur rodriguais a ajouté que l’exemple du TFES devrait en inspirer d’autres, car ces jeunes qui ont brillé aux Jeux de l’Espoir et aux championnats minimes méritent d’être davantage soutenus. « Ces jeunes représenteront la République de Maurice lors des Jeux des Iles de l’océan Indien de 2019. Je suis convaincu qu’ils feront encore mieux s’ils sont soutenus. Déjà, cette récente performance nous fait énormément plaisir et prouve, si besoin est, que le potentiel est là », a-t-il avancé.
A court terme, Henrico Louis a indiqué que ceux qui ont brillé se préparent déjà pour les Championnats d’Afrique cadets qu’organisera l’Association mauricienne d’athlétisme, l’année prochaine. « Ce groupe repose sur un très bon état d’esprit. L’ambiance est saine et qui plus est, les athlètes sont réguliers. Ils s’entraînent quatre fois la semaine et ce, à la raison d’une heure et demie, voire deux heures par jour. A ce rythme, je reste convaincu qu’ils feront encore mieux l’année prochaine et ce, même s’ils ne seront qu’à leur première année cadet », a déclaré Henrico Louis.