Les habitants de Rose-Belle attirent l’attention des autorités sur le danger que représentent certaines infrastructures routières dans le village. Ils dénoncent le fait qu’une plateforme ait été construite sur un pont à Baramia pour accueillir un abribus, mais que celui-ci n’ait jamais été complété, avec pour conséquence le risque pour les habitants de tomber dans la rivière… Par ailleurs, à Chemin la gare, les autobus sont contraints de rouler sur le trottoir, car les taxis y sont stationnés en permanence.
Six mois après l’arrivée du nouveau conseil de village de Grand-Port, la grogne se fait entendre auprès des habitants de Rose-Belle. Ceux-ci se disent dépassés par les lacunes au niveau des infrastructures routières qui représentent un danger pour les usagers de la route.
Le principal mécontentement concerne la construction d’un nouvel abribus. Jusqu’ici, l’arrêt d’autobus principal se trouvait dans le centre de Rose-Belle. Mais les autorités ont décidé de le transférer à Baramia, où une plate-forme a été construite sur un pont à cet effet. Or, depuis des mois, celle-ci attend toujours d’être recouverte.
Pour les habitants de la localité, cette infrastructure non complétée est un danger potentiel, particulièrement pour les enfants qui passent par là chaque jour pour aller à l’école. « Rose-Belle est un grand village. Il y a environ 200 à 300 personnes qui attendent le bus ici quotidiennement. Les enfants qui veulent passer sont donc contraints d’emprunter la plate-forme et risquent de tomber dans la rivière », déplore un habitant du village.
Interrogé par Le Mauricien à ce sujet, Megduth Seegobin, vice-président du conseil de district de Grand-Port, affirme être au courant du problème. « Ces travaux relèvent de la responsabilité du ministère des Infrastructures publiques et de la NDU. Le conseil a fait plusieurs requêtes pour que les travaux soient complétés au plus vite car il est vrai que cela représente un danger. »
À la National Development Unit (NDU), un préposé laisse entendre que ce projet est déjà « on board » et que l’abribus à Baramia serait construit bientôt.
Sur ce même sujet, les habitants de Rose-Belle affirment également que le transfert du bus stop principal à Baramia comporte de nombreuses difficultés. « Les femmes et les enfants doivent marcher jusqu’à Baramia pour aller prendre l’autobus. »
Megduth Seegobin déclare que le conseil étudiera la possibilité de demander un retour de l’arrêt d’autobus à l’endroit initial. Mais au niveau de la NDU, on laisse entendre que le déplacement de cet arrêt a été fait pour la sécurité des usagers. « Auparavant, l’arrêt d’autobus était en plein sur la route, cela représentait un danger pour les usagers, alors qu’à Baramia, il est un peu en retrait. »
L’autre sujet qui fâche à Rose-Belle est l’obstruction du Chemin la gare, qui est occupé par les taxis desservant les régions de Grand-Bois et La Flora, entre autres. « Les autobus sont contraints de rouler sur les trottoirs, ce qui représente un danger pour les piétons, surtout pour les enfants qui fréquentent l’école située dans ce chemin », ajoutent les habitants.
Il faut savoir que cette route est très fréquentée, avec la présence de l’église, d’une école primaire et du dispensaire, entre autres. Megduth Seegobin affirme une fois de plus être au courant du problème et invite la police à agir. Les habitants, eux, se disent en faveur d’une double ligne jaune le long de cette route pour interdire le stationnement.