L’Alliance Lepep a réuni ses partisans du N° 11 (Vieux Grand-Port/Rose-Belle) à Rose-Belle hier. Sir Anerood Jugnauth a mis l’accent sur le droit de vote et a une nouvelle fois invité l’assistance à ne pas « gaspiller » ses votes avec les petits partis, attirant l’attention sur les dangers du « koupe-transe », qui pourrait conduire le pays vers de nouvelles élections dans trois mois « car aucune alliance n’aura la majorité nécessaire pour former un gouvernement ». Pravind Jugnauth fustigé l’alliance PTr/MMM pour avoir « copié » leur programme électoral, tandis que Sandhya Boygah a répondu aux attaques de Navin Ramgoolam sur un ton ironique et parfois humoristique.
« Le droit de vote n’est pas tombé du ciel. Vous devez en faire bon usage. Ne les laissez pas venir vous acheter avec leur argent. Si Navin Ramgoolam devient Premier ministre pour encore cinq ans, ce sera un malheur pour le pays. » C’est ainsi que SAJ a une nouvelle fois invité ses partisans à faire le bon choix, rappelant que ces élections étaient les plus importantes depuis l’Indépendance. « Ena dimounn pe dir ou vot 2 par laba ek 1 par isi. Me si nou fer sa, riske nou bizin refer eleksion dan trwa mwa parski personn pa pou ena mazorite pou form gouvernman », a-t-il mis en garde.
Il a également avancé que « quand le pays se retrouvera en difficulté, tout le monde souffrira de la même manière ». « Certains viennent vous parler de communauté, mais la misère ne connaît pas de communauté. Nous allons tous souffrir ». SAJ est ensuite revenu sur les « petits partis » en les comparant à des champignons qui poussent après l’orage. « Nous savons tous qu’ils ne pourront former un gouvernement, c’est pour cela que je vous demande de ne pas gaspiller vos votes avec eux ».
Le leader de l’Alliance Lepep a ensuite évoqué la IIe République comme une « catastrophe » pour le pays. Pour lui, le système westminsterien est le « meilleur au monde » et c’est pour cela qu’il ne faut pas changer la Constitution. « On sait tous qu’il ne peut y avoir deux capitaines à bord d’un bateau. Avec leur projet de IIe République, Paul Bérenger et Navin Ramgoolam apporteront l’instabilité dans le pays et cela fera fuir les investisseurs étrangers ». SAJ a également fait allusion au programme électoral de l’alliance PTr/MMM, plus particulièrement sur la promesse de fourniture d’eau. « Ou pa trouve Navin enn manter ? Pa bliye an 2005 li ti dir ou li ti pou sanz ou lavi dan 100 zour. Zordi ou lavi inn vinn pli amer ».
Intervenant plus tôt, Pravind Jugnauth a ironisé sur le programme électoral de l’alliance PTr/MMM rendu public vendredi dernier. « Depuis le 12 octobre, nous avions annoncé 12 mesures. Nous avons attendu leur programme pendant tout ce temps et finalement ils n’ont fait que copier. Et là aussi, ils ont mal copié ! »
Il a également fustigé Arvin Boolell, député sortant de la circonscription, pour avoir « bloqué » le projet de Business Park de Rose-Belle. « Zordi zot ti pou ena zot cybercity e bann zeness ti pou gagn travay, me linn prefer pran terin-la e donn li pou plant sousou. »
De son côté, Mahen Seeruttun a remis en cause l’augmentation de la pension de vieillesse à Rs 4 000 promise par l’alliance PTr/MMM. Il a précisé que la pension est déjà de Rs 3 600 et qu’avec la severance allowance, la somme de Rs 4 000 serait déjà atteinte. « Donc, il n’y a aucune augmentation comme ils veulent le faire croire ». Concernant le permis à points, il s’est demandé pourquoi Navin Ramgoolam ne met pas les compteurs à zéro dès maintenant, étant donné qu’il est déjà Premier ministre.
Sandhya Boygah, autre candidate du N° 11, a quant à elle répondu aux attaques de Navin Ramgoolam et laissé entendre que ce dernier « n’a pas de respect pour les femmes », en faisant référence aux critiques à son égard et envers Ameena Gurib-Fakim. Elle a adopté un ton ironique à l’égard du tandem Ramgoolam-Bérenger durant toute son intervention. « Bérenger dir ou mo ti al tal lame divan Navin Ramgoolam. Abe si mo ti tal lot kitsoz, zordi laeropor ti ava pou mwa ». Le troisième candidat, Prem Koonjoo, a lui aussi répondu aux attaques à son égard. « Zot dir mo sanz sirkonskripsion lor sirkonskripsion, abe bizin ena fiel pou fer sa ». Et d’ajouter : « Monn vinn isi pou manz ar lerwa di sid. »
Intervenant également au cours de ce meeting, Anil Gayan a lui regretté que le gouvernement n’ait « pas su » promouvoir la candidature de Jean-Claude de l’Estrac comme Secrétaire général de la Francophonie. « La diplomatie mauricienne n’est pas respectée dans le monde et je condamne Arvin Boolell pour n’avoir pu développer une diplomatie axée sur l’Afrique ». Rashid Daureeawoo a pour sa part invité la population à choisir entre « l’avenir de vos enfants et l’avenir de deux personnes assoiffées de pouvoir » et condamné les attaques de Navin Ramgoolam à l’égard d’Ameena Gurib-Fakim alors que « le monde reconnaît ses compétences. »