Elaborant sur ce qui, dit-il, allait être le sujet de sa prochaine PNQ si les travaux de l’Assemblée nationale n’avaient pas été ajournées, mardi dernier, en attendant la reprise à la mi-octobre, Paul Bérenger évoque la vente de 28 arpents de terres de l’établissement d’Etat de Rose-Belle à une société privée. Une transaction qui, selon lui, s’apparenterait à « un énorme scandale de plus » et sur laquelle, prévient-il, déjà, « trois mois ou pas de vacances parlementaires », l’Opposition MMM entend revenir.