Le promoteur de Rose Garden Residences est sorti de sa réserve après les critiques de l’opposition selon lesquelles des terres valant Rs 50 millions lui ont été vendues à Rs 36,5 millions. Ramdass Ellayah dit avoir négocié le prix du terrain car celui-ci comprenait quelques failles, comme la présence de cours d’eau qui ont dû être comblés. Le directeur d’Indian Consortium Limited est d’avis que le leader de l’opposition Paul Bérenger a été induit en erreur sur ce dossier.
« Je ne suis pas un multimillionnaire, je viens d’une famille modeste, mais j’ai l’intelligence pour me débrouiller en affaires. » C’est ainsi que Ramdass Ellayah explique sa présence dans le projet immobilier de Rose-Belle. Initialement, Rose Garden Residences devaient être réalisées en partenariat avec des investisseurs indiens. Ces derniers, soutient Ramdass Ellayah, ont laissé tomber le projet en raison de la crise économique de 2008. « En tant que patriote, j’ai décidé de continuer le projet seul en contractant des emprunts auprès des banques. »
Le directeur d’Indian Consortium Limited dit avoir rencontré beaucoup de « difficultés » pour faire avancer son projet. Dans un premier temps, souligne-t-il, il a dû négocier pour que la valeur des 28 arpents du terrain concerné soit ramenée de Rs 50 millions à Rs 36,5 millions. Selon son explication, le terrain en question ne valait pas le prix pour lequel il a été évalué, notamment à cause de la présence de cours d’eau qu’il fallait combler.
Ramdass Ellayah dit avoir essayé de rencontrer le ministre Satish Faugoo pour lui parler des « difficultés » posées par la sucrerie de Rose-Belle, notamment au niveau du permis EIA. Cependant, soutient notre interlocuteur, il n’a eu aucune réponse. Et d’ajouter que son projet a été fait dans la transparence et que le leader de l’opposition, qu’il connaît « bien », s’est laissé induire en erreur.
Ramdass Ellayah rejette l’accusation selon laquelle il a fait morceler une partie du terrain pour le revendre à sept fois sa valeur. « C’est un terrain que j’ai acheté, il m’appartient. De plus, quand on morcelle un terrain, il y a des investissements. Je ne peux pas le revendre au même prix. » Le promoteur dit avoir respecté toutes les conditions du Morcellement Board.