– La gare d’autobus nouvellement construite transformée en bazar.

– Le terrain appartient au district de Moka/Flacq.

Le bazar de Rose-Hill sera transféré à Ébène. Du moins, c’est ce qu’a décidé la vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales, Fazila Jeewa-Daureeawoo, à l’issue d’une rencontre avec un groupe de maraîchers. Ces derniers ont fait une demande pour avoir un nouvel endroit car leur commerce « souffre » là ils sont actuellement. D’où la décision de la ministre de les transférer sur le site où la gare de Rose-Hill a été transférée, à Ébène. Sauf que ce site appartient au district de Moka/Flacq, qui refuse de lâcher prise.

Selon les informations disponibles, un groupe de maraîchers a rencontré de la vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales, Fazila Jeewa-Daureeawoo, pour se plaindre de leur sort, alors que cette dernière effectuait une visite sur les lieux la semaine dernière. « Les maraîchers se sont plaints d’une baisse de leurs activités. Le bazar de Rose-Hill n’accueille plus de foule comme autrefois. Il y a plusieurs facteurs qui contribuent à la chute du commerce : les travaux du Metro Express en cours, le manque de sécurité, les nombreuses agressions et vols qui ont eu lieu dans le quartier depuis ces trois dernières années, entre autres », expliquent des sources du ministère des Collectivités locales. Lors de sa visite sur les lieux, la ministre était accompagnée du maire de la ville, Ken Fong.

À l’issue de cette réunion, a-t-on appris, la ministre Fazila Jeewa-Daureeawoo s’est rendue au ministère des Terres pour négocier un site de relogement pour les maraîchers de Rose-Hill. « La ministre a insisté qu’on trouve un endroit pour reloger les maraîchers. Elle a même proposé d’utiliser le site où les transports en commun se stationnent à Ébène », indiquent ces mêmes sources.

Toutefois, les principaux intéressés, c’est-à-dire les marchands au bazar, disent n’être pas au courant de ces démarches. « Nous avons entendu dire que la ministre entame des démarches en vue de nous reloger, à l’issue d’une rencontre avec un groupe de maraîchers. Nous ne savons même pas qui elle a rencontré. Toutefois, il est vrai que nos commerces sont en berne depuis quelques années. Nous ne sommes pas contre un éventuel relogement à Ébène », fait part Vikram, un marchand de fruits.

D’autre part, les marchands de Da Patten et de l’Arab Town sont inquiets depuis l’annonce de cette nouvelle. « Nous avons appris la nouvelle comme tous les autres et je dois dire que cela nous inquiète. Le bazar et les foires fonctionnent en parallèle. Quand les gens viennent au bazar, ils entrent automatiquement dans les foires. Ces dernières années, avec les problèmes dans le quartier, nous dépendons énormément du bazar pour avoir un peu de clients. Si le bazar change d’endroit, les foires seront en danger », affirme Imtazally Jaumeer, porte-parole des marchands de l’Arab Town.

À la municipalité de Rose-Hill, certains conseillers disent ignorer que la ministre, accompagnée du maire, s’est rendue sur les lieux, et surtout qu’elle veut à tout prix les reloger ailleurs. « Le problème des maraîchers, des marchands de Da Patten et de l’Arab Town, ne date pas d’hier. Ils souffrent ainsi depuis ces trois dernières années, plus précisément depuis le projet Metro Express dans la ville. Et ce n’est que maintenant que la ministre réalise l’urgence de les reloger. Personnellement, je sens comme un parfum de campagne électorale dans l’air », explique un conseiller de l’opposition.

Ce dernier dira, par ailleurs, qu’il sera impossible de reloger les maraîchers sur le site où une gare a été construite à Ébène. « L’affaire n’a pas encore été évoquée au conseil municipal. Toutefois, je ne crois pas qu’il serait possible de réaliser ce projet que la ministre a en tête. Déjà, ce site ne fait pas partie de la ville de Rose-Hill, mais du district de Moka/Flacq. Nous avons certes eu l’approbation de construire une gare sur ce terrain, mais notre demande d’excision de ce terrain n’a pas encore été approuvée. Maintenant, la ministre veut construire un bazar sur ce site. C’est très difficile. Il avait été décidé que les maraîchers s’installeraient temporairement dans la cour de la magistrature en attendant l’achèvement du projet Urban Terminal. Pourquoi venir avec un autre plan à ce stade ? », se demande un interlocuteur.

En effet, a-t-on appris, la demande de Fazila Jeewa-Daureeawoo est toujours en suspens. « La ministre veut à tout prix accélérer les démarches mais il y a des contraintes puisque le site fait partie du district de Moka/Flacq. De plus, une autre décision s’impose. Où iront stationner les autobus ? », se demandent nos sources du ministère.