La magistrate Padmini Mauree, siégeant en Cour de Rose-Hill, a trouvé coupable un homme accusé d’avoir volé plusieurs objets, totalisant une valeur de Rs 130 000, au domicile de sa propriétaire, à qui il louait un studio à Stanley. La magistrate devait prendre en considération le fait qu’un objet volé avait été retrouvé dans la chambre de l’accusé après le vol présumé.
L’accusé, un habitant de Rose-Hill, avait été poursuivi sous deux chefs d’accusation en Cour de Rose-Hill, en l’occurrence pour vol et pour possession d’objets volés. Il lui était reproché d’avoir dérobé des bracelets, colliers et bagues en or, d’une valeur de Rs 130 000, en plus d’une somme de Rs 2 000 et de whisky. L’accusé avait consigné trois dépositions à la police dans lesquelles il niait avoir commis le vol. Il avait par ailleurs expliqué qu’il louait un studio à la plaignante, lequel se trouvait dans la même cour que le domicile de celle-ci, séparé par un simple couloir. Il devait soutenir ne pas avoir dormi dans son studio le soir du vol allégué, précisant qu’il avait seulement pris une douche dans la salle de bain commune et qu’il n’avait rien remarqué de suspect. Il avait par ailleurs affirmé que la police avait fouillé son domicile après le vol et qu’aucun objet dérobé n’y avait été retrouvé. Et de nier dans le même temps avoir été en possession de la bague en or et d’alcool découverts dans sa chambre alors qu’il louait toujours le studio.
La plaignante, âgée de 60 ans, devait pour sa part indiquer avoir quitté son domicile pour se rendre à son travail le jour des faits, expliquant en outre qu’elle avait oublié ses clés près de sa porte arrière. Mais en rentrant chez elle, elle avait remarqué que son sac, contenant ses effets personnels, avait disparu. Aussi avait-elle décidé de porter plainte le jour même. Quelques jours plus tard, elle devait trouver, à son étonnement, une “pinte” de whisky dans la salle de bain. Après qu’elle ait porté plainte, l’accusé a été arrêté.
L’accusé a ensuite été libéré sous caution avant de partir vivre chez sa mère. La plaignante aurait alors décidé de ranger la chambre de son locataire pour y emballer ses affaires. Et c’est à ce moment précis qu’elle devait, selon elle, trouver une bague en or lui appartenant, et qui lui avait été volée.
Dans son jugement, la magistrate a pris en considération le fait que l’accusé était le seul à avoir accès au domicile de la plaignante, car il utilisait sa salle de bain. La magistrate a par ailleurs noté que l’accusé était présent le soir des faits allégués et que la plaignante avait par mégarde oublié ses clés. De plus, le prévenu n’était plus retourné au studio après le délit présumé, ne laissant sur place que quelques effets personnels. Pour toutes ces raisons, la juge a ainsi trouvé coupable l’accusé de la charge de vol. La deuxième charge, elle, a été retirée.