Les commerçants de Rose-Hill s’opposent farouchement à la création de rues piétonnières dans le cadre du projet de relooking du centre-ville de Rose-Hill. Cette proposition du maire actuel devrait permettre aux marchands ambulants d’opérer le soir dans le cadre du concept late night shopping, soit après la fermeture des magasins afin qu’ils ne fassent pas la concurrence aux commerçants.
Commentant le projet de relooking du centre de Rose-Hill, l’Association des Commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill le qualifie d’emblée d’ambitieux et se réjouit d’une telle annonce après la présentation d’une ébauche du projet présentée la semaine dernière aux conseillers. Les commerçants sont confiants que ce projet redonnera à la ville ses lettres de noblesse tout en soulignant qu’ils n’ont cessé pendant les nombreuses dernières années de réclamer un tel projet d’assainissement et de développement pour le centre-ville de Rose-Hill auprès de chaque maire. Parmi leurs propositions : le nivellement de la route Royale et la réfection des drains et des trottoirs ; l’élimination des parkings le long de l’artère principale et des nombreux passages à niveau qui empêchent la fluidité du trafic routier et créent des bouchons à divers endroits ;  la construction de passages souterrains, notamment sous le rond-point qui se trouve à la sortie de la rue Vandermeersch à côté de la poste, avec une entrée principale se situant au niveau de la gare routière Cardinal Margéot et des sorties multiples dans des directions différentes ; le démantèlement de la foire Arab Town qui est devenue un véritable eyesore ; l’aménagement d’une rue piétonnière jusqu’à la foire Da Patten avec des étals attrayants érigés de deux côtés de cette route à l’intention des occupants actuels de cette foire. Les commerçants avaient aussi proposé la réfection du marché de Rose-Hill, au niveau des murs d’enceinte, de la toiture et du sol en attendant sa reconstruction complète.
Les opérateurs économiques plaident en faveur d’un projet visant à redynamiser la ville, devenue morte et délaissée pour les grands shopping malls. Les commerçants avaient proposé en effet le réaménagement du centre commercial de Rose-Hill et un face lift important, avec la participation active des propriétaires des bâtiments commerciaux et des opérateurs économiques, en vue de le rendre plus attrayant et convivial pour ceux qui font du shopping, y compris les touristes étrangers ; l’adoption d’un plan d’action visant à refaire du centre-ville de Rose-Hill un hub pour le shopping et autres divertissements avec pour axes principaux le renforcement des mesures de sécurité et l’élimination des commerces de rue en vue d’une extension graduelle des heures d’opération pour les magasins et autres commerces débouchant éventuellement sur un projet de late night shopping à la fin de chaque mois et à l’approche des périodes festives.
La semaine dernière, lors de la séance du conseil municipal, le maire Philippe Boudou a présenté un rapport préliminaire. Ce projet de relooking de Rose-Hill a pour but d’offrir un nouveau cachet au centre-ville et de réanimer les artères principales, visant à créer un environnement plus attrayant et plus convivial pour le shopping. Parmi les propositions, le décret de rues piétonnières. Le maire propose l’introduction du concept late night shopping en permettant aux marchands d’opérer dans des rues piétonnes à partir de 18 heures, soit après la fermeture des magasins et commerce. Les commerçants s’y opposent catégoriquement.
« Dans l’absence d’un contrôle rigide et efficace de la part des autorités, même en pleine journée, cela donnera l’occasion à des gens malintentionnés de s’adonner à des transactions louches et illicites, comme c’est présentement le cas, le soir », soutient le président de l’Association des commerçants, Prakash Permala. Pour lui, les marchands ambulants ne doivent absolument pas exister dans la mesure où deux foires ont été érigées dans le passé pour les héberger, Arab Town et Da Patten où il y a encore, souligne-t-il, de la place pour quelques dizaines de gens qui veulent gagner leur vie honorablement. « Nous ne comprenons pas cet entêtement des politiciens, y compris le maire actuel, à privilégier les marchands ambulants, même en leur offrant l’occasion de travailler le soir, puisqu’ils ne vont pas le faire, leur but c’est de faire main basse sur la clientèle des commerces établis, pendant la journée, les fins de semaine et de mois et les périodes festives, comme la Noël et le Nouvel An », soutient un autre commerçant. Il fait remarquer que parmi les marchands ambulants actuels, certains se sont vus offrir des étals dans la foire Da Patten, mais les ont retournés ou vendus à des tiers.
Le maire avait fait part de l’intention de la municipalité de consulter d’abord les différentes parties prenantes dans la mise en oeuvre du projet à plusieurs phases. Les commerçants, pour leur part, se disent impatients et satisfaits qu’il y aura des consultations avec les différents stakeholders, y compris les commerçants du centre-ville, en vue de faire adopter son projet.