Les relations industrielles sont loin d’être au beau fixe en ce moment au sein de la compagnie Rose-Hill Transport. La Union of Bus Industry Workers monte au créneau pour dénoncer une série de violations des droits du travail au préjudice des employés engagés dans cette compagnie, notamment les caméras de surveillance installé dans quasiment tous les autobus. Des actions syndicales pourraient être décidées si la direction de cette compagnie ne s’engage pas à rectifier le tir concernant sa politique interne.
Il nous revient que ce sujet, qui provoque colère et frustration du côté des employés, a été soulevé lors d’uneassemblée des travailleurs il y a environ un peu plus d’une semaine. «La compagnie multiplie des publicités concernant sa qualité de service et sa certification ISO, mais la réalité au sein de la société est différente», avancent des sources du côté de l’UBIW.
Les travailleurs, en particulier des receveurs, allèguent que ce dispositif est utilisé contre eux alors qu’il devait être utilisé essentiellement pour les besoins de sécurité. «Ces caméras sont utilisées contre les receveurs en vue de confirmer si des passagers ont payé leurs tickets d’autobus ou non. De plus, les responsables ont recours à ces mêmes caméras pour scruter le comportement des receveurs. Il faut faire ressortir  que l’utilisation de ce dispositif de surveillance dans les autobus est illégal car il porte atteinte à l’intimité des passagers», ajoutent les syndicalistes de l’UBIW.
Interrogé par Week-End, un préposé de la direction de RHT a balayé d’un revers de la main ces allégations de l’UBIW. «La seule et unique raison de l’installation de ces caméras à travers la flotte d’autobus de RHT est pour la sécurité des passagers, des receveurs et du chauffeur. Nous pouvons assurer que ces images ne sont pas scrutées par qui que ce soit à longueur de journée. D’ailleurs, il y a une équipe spéciale qui a été formée en matière de Data Protection pour s’occuper de ce dispositif. Et c’est uniquement cette Special Cell qui a accès à ces données. Ces images sont aussi utilisées au cas où un passager a oublié un de ses effets personnels dansl’autobus. Le dispositif est aussi mis à contribution quand des anomalies sont constatées dans un autobus. Compte tenu qu’il y a la version du receveur et du client, nous procédons à une vérification des images tout simplement», nous a-t-on indiqué.
D’autre part, les receveurs ont relevé d’autres problèmes dont des visites surprises dans les autobus pour vérifier les recettes. Dans le cas où la somme d’argent ne correspond au nombre de passagers ayant voyagé dans l’autobus, le receveur peut être soumis à des sanctions ou encore faire face à un comité disciplinaire. Les dirigeants de l’UBIW contestent avec force cette politique car la pratique générale veut que la recette soit vérifiée à la fin de la journée uniquement. Les syndicalistes notent d’autres complications dans la tâche quotidienne des receveurs/chauffeurs avec des directives pour qu’ils contrôlent la flotte d’autobus chaque matin.
Au vu des points susmentionnés, l’UBIW compte adresser une missive à la direction de RHT en ce début de semaine pour réclamer des changements au niveau de sa politique interne. Selon les indications, les syndicalistes donneront à la compagnie jusqu’à vendredi pour rectifier le tir. Sans quoi les travailleurs et syndicalistes prendront des décisions appropriées lors d’une assemblée prévue la même date.