La compagnie d’autobus, Rose-Hill Transport (RHT), qui déjà devait faire face à la concurrence du Metro-Express sur sa principale ligne d’opération sur le corridor entre Rose- Hill et Port-Louis, assure un service minimal tout comme les autres compagnies d’autobus depuis l’annonce du couvre-feu sanitaire général. Cette situation n’est pas sans conséquence.

« Depuis le lockdown, notre business a enregistré une régression importante. La situation est catastrophique pour nous. Nos revenus sont à zéro et nous sommes conscients que tout le monde est dans la même situation. Ce sont des pertes sèches », déclare Sid Sharma, Chief Executive Officer (CEO) de la société Rose-Hill Transport au Mauricien. La compagnie Rose-Hill Transport n’assure qu’un service squelettique, cela uniquement pour dépanner les gens de la zone d’opération de la compagnie qui travaillent dans les services essentiels, tels que la santé et la police.

À ce stade, le CEO soutient qu’il est encore très difficile de mesurer l’impact réel du COVID-19 sur les opérations vu que la compagnie n’a aucune visibilité sur la durée de cette situation. Depuis le début du confinement, RHT n’a mis en opération que sept autobus sur la route sur une flotte totale de 85 véhicules. Il fait ressortir que même pour ces sept véhicules, la demande reste très limitée et les revenus dérisoires. « À la limite on opère ces sept véhicules dans un but plutôt social, car ces gens qui travaillent ont besoin de transport », affirme le patron de RHT.

Commentant sur le secteur du transport public, Sid Sharma parle encore de « très peu de visibilité » s’agissant du fonctionnement des autobus à l’ère post-confinement. Par ailleurs, il dit être conscient qu’il est clair qu’ « après le confinement les gens ne voudront pas s’entasser dans des endroits. La situation sera complètement différente, les gens vont garder la distanciation sociale », sans en dire plus à ce stade. Néanmoins, ce qui peut être fait en interne pour rassurer les passagers, RHT le fait déjà et le poursuivra après le déconfinement, notamment en offrant des gants et des masques, et en procédant à la désinfection totale des autobus.

Cependant, pour la reprise totale des opérations des autobus avec la nécessité de respecter la distanciation sociale, le responsable de RHT s’en remet entièrement au régulateur : « Nous suivrons les lignes directrices du régulateur et les consignes des autorités. Nous sommes déjà en contact régulier avec ces derniers. Peu importe les directives, nous n’aurons d’autres choix que de les suivre. Mais ce qui est certain, c’est que cela va grandement compliquer les choses pour le secteur du transport public dans son ensemble. »