C’est pour manifester son mécontentement vis-à-vis du contenu du rapport du Pay Research Bureau que l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) a brûlé le document, hier après-midi. Le syndicat menace aussi de poursuivre le PRB.
Depuis la publication de ce rapport, l’UPSEE est le seul syndicat à avoir exprimé son désaccord de la sorte. Le président de l’UPSEE, Yayah Paraouty, qui s’est adressé aux membres du syndicat hier au collège Patten, explique qu’il a une bonne raison de brûler le rapport du PRB. « Nous ne pouvons être satisfaits du contenu de ce rapport, car il n’est pas normal qu’après sept consultations, dont une session conjointe avec tous les stakeholders de l’Éducation, y compris un représentant de Rodrigues, de voir qu’aucune de nos propositions n’a été retenue ! », déclare Yayah Paraouty à Week-End.
Ce dernier, visiblement excédé, explique que le rapport 2012 « n’a fait que reproduire les recommandations de 2008 ». « Aucune correction n’a été apportée en ce qui concerne plusieurs anomalies qui rongent le secteur du secondaire », poursuit-il. « A commencer par les déficiences au niveau de nos qualifications. Nous avions demandé au PRB de remédier à ce que prévoyait le rapport de 2008 à cet effet, c’est-à-dire qu’un enseignant doit disposer de « five credits at one and same sitting » aux examens de School Certificate. Les enseignants qui ont de très longues années de carrière, avec un degré et un master, mais qui n’ont pas les five credits requis parce qu’à l’époque, les critères de recrutement étaient différents, auront toujours un salaire de Grade C, inférieur à celui des autres ! Par conséquent, parmi les 500 enseignants de MEDCO qui ont été redéployés dans les collèges d’État, nombreux sont ceux qui ne pourront aspirer à une promotion comme Head of Department dans ces établissements. Alors qu’ils comptent des années dans l’enseignement, ils ont pour Head of Department, des enseignants plus jeunes, avec moins d’expérience qu’eux. »
Le président de l’UPSEE dit aussi ne pas comprendre pourquoi un représentant du PRB s’est déplacé à Rodrigues, « alors que le rapport ne fait aucune mention de l’île ». L’UPSEE compte d’ailleurs se rendre à Rodrigues le 31 octobre prochain. Selon Yayah Paraouty, le PRB devrait céder sa place à un corps indépendant. « Après ce qu’on a vu, cela ne sert à rien de déposer aux Errors and Omissions. » Et pour faire suite au mouvement d’hier, le syndicat réunira à nouveau ses membres le 10 novembre prochain à Flic-en-Flac.