« Nous allons parler avec les gens sans insulter leur intelligence et nous n’offrirons certainement pas de bribe électorale. » Propos de Roshni Mooneeram, leader du parti politique Ensam, créé il y a quelques mois comme un groupe de réflexion. Ensam alignera des candidats dans certaines circonscriptions aux prochaines élections générales.
Roshni Mooneeram explique : « Les membres d’Ensam ne constatent pas seulement la situation dans le pays, mais ont aussi une vision pour le pays et le type de société dans lequel ils veulent vivre. Beaucoup de choses partent à la dérive et chacun d’entre nous a une vision de l’aménagement de notre territoire, de l’économie, de piliers économiques à développer et de notre système d’éducation dépassé, dans le fond comme dans la forme », lâche-t-elle. Roshni Mooneeram déplore que « les nouvelles idées n’émergent pas parce qu’il n’y a pas de renouvellement de la classe politique et parce que les partis eux-mêmes ne permettent pas de renouvellement interne ».
La porte-parole d’Ensam affirme : « Nous sommes des intellectuels, oui, mais nous ne sommes pas coupés de la réalité. Nous ne sommes pas un groupe de bourgeois élitistes non plus. Nos membres viennent de toutes les couches sociales du pays. Il y a même un petit planteur au sein de notre parti », ajoute-t-elle. Ensam présentera un certain nombre de candidats aux prochaines législatives. Au début, ce parti avait prévu d’aligner 60 candidats pour couvrir toutes les circonscriptions de Maurice. « Malheureusement, le temps faisant défaut, nous ne prévoyons d’aligner qu’un candidat par circonscription. » Le plus important, selon elle, est « la qualité des candidats », et non pas la quantité. « Pouvons-nous trouver 60 personnes vraiment compétentes qui adhèrent à nos valeurs ? » s’interroge-t-elle. Roshni Mooneeram affirme que l’important, pour son parti, est de participer aux élections « et d’avoir un impact, aussi grand que possible, afin de pouvoir continuer à construire l’avenir à partir de là ». Elle concède cependant qu’étant novices dans le domaine, « nous avons beaucoup à apprendre », concluant : « La seule façon de le faire est de se lancer sur le terrain. »