La ministre de l’Égalité des genres, Roubina Jadoo-Jaunbocus, a annoncé la promulgation de la National Women Council Act lors de la célébration de la Journée internationale de la Femme hier. Cette manifestation a été marquée par un vibrant hommage rendu à la superstar de Bollywood Sridevi Kapoor, qui devait être une des invitées d’honneur du gouvernement mauricien à cette occasion mais qui est décédée brutalement le 24 février dernier à l’âge de 54 ans à Dubaï.

L’initiative s’inscrivait également dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance et aura été marquée par l’intervention du Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui en a profité pour lancer un message à qui de droit en affirmant : « Nu donn madam responsabilite mai zot bizin kone asim li, surtou ki tou dimounn pe swiv zot. » À noter que le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, était absent de la cérémonie.
Le ministère de l’Égalité des genres a déployé de gros moyens hier afin de faire de la célébration nationale un succès.

Dans son discours, le Premier ministre a rendu hommage à toutes les femmes ayant été associées à la revendication des droits de la femme depuis l’indépendance. Il a, à ce propos, rendu hommage à sir Anerood Jugnauth pour avoir créé un ministère consacré entièrement aux droits de la femme en 1982. Il a aussi souligné les efforts consentis pour accorder des responsabilités aux femmes aussi bien au niveau du gouvernement que dans la fonction publique. « Nous avons fait l’histoire lorsque nous avions accordé les plus hautes responsabilités à la femme en nommant, entre autres, Fazila Daureeawoo en tant que vice-Première ministre. » Toutefois, il considère que le service public est, dans ce domaine, « en avance sur le secteur privé ».

Roubina Jadoo-Jaunbocus a expliqué pour sa part le choix du thème de la journée, à savoir “1968-2018 : Le parcours de la femme mauricienne – Les défis à relever”. Ce faisant, elle a reconnu qu’en 50 ans, la condition de la femme a connu « une transformation extraordinaire ». Et d’observer que « notre génération a récolté les fruits du travail de ceux qui nous ont précédés » avant d’annoncer la promulgation hier de la loi concernant le Conseil national des femmes, qui a été adoptée par le parlement en 2016. Le texte de loi prévoit ainsi de meilleures dispositions pour le fonctionnement du Conseil national des femmes afin de fournir une plateforme aux femmes pour exprimer leurs besoins, leurs préoccupations et leurs aspirations.

Ses objectifs comprennent notamment l’amélioration de la réglementation des associations de femmes et la gestion des comités régionaux responsables des activités des associations de femmes. Le Conseil national est chargé de mettre en œuvre les politiques gouvernementales relatives à l’autonomisation des femmes et à l’égalité des sexes, de conseiller le ministre sur les moyens de lutter pour l’émancipation des femmes et l’égalité des sexes, de créer un réseau aux niveaux national, régional et international, avec les organisations qui promeuvent l’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes, ainsi que la promotion de la reconnaissance des droits des femmes en tant que droits humains.
Parmi les spectacles auxquels l’assistance a eu droit figurait un tableau vivant pour retracer le parcours de la femme mauricienne au fil des années, qui s’est terminé par une chanson de Laura Beg, laquelle figurera d’ailleurs sur son dernier album. Un numéro de Sports Dance, très apprécié, a également été présenté.

La matinée d’hier a été marquée par la publication de l’African Gender Development Index sur Maurice d’un document intitulé “Engendering the Private Sector: a triple win”. Des trophées ont été remis aux participants du Gender and Women Empowerment Award (GEWE award). À noter enfin que l’hymne national a été interprété hier par l’ensemble à cordes du conservatoire François Mitterrand, composé essentiellement de femmes.