Selon le rapport de la commission d’enquête, Roubina Jadoo-Jaunbocus avait, en janvier 2009, rencontré 17 détenus de 10h45 à 13h35 lors de “Unsolicited Visits”. En d’autres occasions, elle en a, toujours selon le rapport, rencontré 15. Et de préciser que beaucoup de ces trafiquants de drogue à qui elle a rendu visite n’étaient pas ses clients.

L’équipe d’investigation de la commission a aussi établi, après le passage de Roubina Jadoo-Jaunbocus à la commission d’enquête, que la députée du MSM avait, en avril 2008, accusé réception de Rs 50 000 d’une certaine Maria Cupidon, arrêtée pour importation d’héroïne. Cette somme, l’avocate l’aurait transférée en direction de Kamasho, condamné aussi pour importation d’héroïne. Cette information, la commission l’a obtenue du compte bancaire de Maria Cupidon.

Selon le rapport, c’est un cas jugé « grave » car, visiblement, l’avocate aurait agi en tant qu’intermédiaire pour remettre de l’argent à un trafiquant, ce qui s’apparente à être complice de blanchiment. Elle aurait été en communication à travers un téléphone portable avec le caïd Peroumal Veeren en prison car, le lendemain matin, elle lui a rendu visite. Roubina Jadoo-Jaunbocus aurait aussi été voir une certaine Bibi Ameenah Noordally, belle-mère de Veeren. Elle aurait toutefois menti à la commission d’enquête en indiquant qu’elle ne savait pas qui était cette personne. Les explications de Roubina Jadoo-Jaunbocus au sujet de l’appel téléphonique avec Veeren n’ont pas convaincu la commission.