Cela fait plus de six ans maintenant que Sookraj Bissessur remue vainement ciel et terre pour emmener les autorités à faire asphalter l’Îlot Branch Road, une route non carrossable qui relie le village d’Îlot au village de Montagne-Longue où se trouve l’hôpital le plus proche. Îlot, village du Nord qui abrite aujourd’hui le Rabindranath Tagore Institute, est situé sur la Old Flacq Road, à quatre kilomètres de la route principale de Terre-Rouge.
« Cela fait plus de six ans maintenant que je frappe à toutes les portes pour amener les autorités à asphalter convenablement l’Îlot Branch Road. En vain », nous confie Sookraj Bissessur, habitant d’Îlot. Il rappelle que cette route qui relie le village à Montagne-Longue est dans un état déplorable. « Li asphalte zis ziska terminus bis, dan lari prinsipal ki travers vilaz Îlot. Apre sime-la finn res koumsa mem, inpratikab, pa asphalte », déplore-t-il.
Ainsi, à partir du terminus, l’Îlot Branch Road est non carrossable jusqu’au village de Montagne-Longue où se trouve l’hôpital le plus proche. « Si pran sa sime-la, dan dix minit ariv Montagne-Longue kot la polis ek lopital impe pli loin », indique Sookraj Bissessur. « Malerezman okenn transport piblik pa al ziska laba dan Montagne-Longue, akoz sime-la pa bon, ek zis bann loto prive ki aksepte pass dan sa sime kase-la », déplore-t-il.
Notre interlocuteur affirme que ceux n’ayant pas leur propre moyen de transport – ce qui est le cas de la plupart des villageois – doivent ainsi se rendre à Terre-Rouge afin de prendre un autre bus pour Montagne-Longue. « C’est un très long détour alors qu’en empruntant l’Îlot Branch Road, cela ne prendrait qu’une quinzaine de minutes », ajoute-t-il. Seuls les téméraires font à pied le trajet du village à Montagne-Longue en empruntant la Branch Road. « Me kan lapli tombe, ena la boue, ek kan ena soleil, ena la pousyer », se plaint-il.
La situation devient encore plus difficile quand il y a un malade, surtout la nuit, poursuit Sookraj Bissessur « Les taxis du village refusent de faire des courses pour aller à Montagne-Longue en passant par l’Îlot Branch Road, à cause du mauvais état de cette route à partir du terminus », poursuit notre interlocuteur. Rishi, le fils de Sookraj Bissessur, raconte les difficultés rencontrées un soir pour emmener sa fille à l’hôpital de Montagne-Longue. « Sa lopital-la pli pre, me akoz sa problem-la, dimounn al plito lopital di Nor », affirme-t-il.
Par temps pluvieux, cela devient quasiment impossible d’emprunter l’Îlot Branch Road. À partir de l’endroit communément appelé Colombo, cette route devient impraticable. « Ena enn pon, deza li an move leta, me anplis kan ena lapli ena debordman ek mem 4×4 pa kapav pase », indique Sookraj Bissessur.
À cause de cet état non carrossable de l’Îlot Branch Road, les autobus s’arrêtent au terminus et ne vont pas plus loin. Habitant l’une des dernières maisons d’Îlot, Sookraj Bissessur dit devoir ainsi marcher plus d’un kilomètre, à partir du terminus, pour rentrer chez lui, tout comme ses voisins, parce que le bus ne peut rouler plus loin. « Zordi tou dimounn prese. Ne pli kapav perdi letan mars sa kantite-la », se plaint-il. « Vie dimounn, zanfan lekol, ki ou bien ki ou malad, ou bizin mars depi kot bis aret ou pou ou rant ou lakaz ».
Notre interlocuteur affirme que les démarches des habitants de ce village auprès de la National Transport Authority, depuis toutes ces années, n’ont à ce jour pas abouti, très probablement à cause de l’état impraticable de la route à partir du terminus. Il explique que la situation devient plus difficile le jour du marché. « Les ménagères doivent alors transporter leurs tentes à bout de bras sur une très longue distance pour arriver chez elles. Bann ki res anba, zot sape, bis pass divan zot laport… Lezot, kan bis kit zot lor terminis, zot bizin mars ek gro gro tant enn long distans ».
Six ans après, les plaintes des habitants d’Îlot sont les mêmes, soutient Sookraj Bissessur. « Nou finn fatige fer demars. Personn napa ekout nou ! Tou laport nou finn tape… Village Council, District Council, PPS, tou. Zot fer samblan zot pa tann nou. Li vre ki nou zis enn ti vilaz, me bann lotorite ti bizin pran nou inpe kont… nou osi nou citoyen sa pei-la ».