S’ils pouvaient éviter les tournants de la route Chamarel et un détour de plus de 45 mn quotidiennement en traversant à pied la route Macondé – fermée à la circulation depuis le 29 avril dernier –, les habitants du Sud ne pourront plus le faire à partir de demain. Après l’interdiction de circuler aux véhicules, le passage y est désormais également interdit aux piétons jusqu’au 3 juillet prochain. C’est ce qu’indique un communiqué du ministère des Infrastructures publiques, annonçant que les travaux de purge de la falaise démarreront cette semaine. Les experts réunionnais de la compagnie ROCS, arrivés à Maurice jeudi dernier, comptent commencer la purge aussitôt que Mauritius Telecom aura terminé, d’ici demain, l’exercice de sécurisation des câbles optiques sur la falaise. Une fois ces travaux terminés, à la lumière du rapport que soumettra ROCS, les autorités décideront de l’ouverture des deux voies ou d’une des deux voies de la route Macondé à la circulation, avec trafic alterné.
Serait-ce la lumière au bout du tunnel? Les habitants du Sud n’y croient pas forcément. À bout de patience, ils estiment qu’ils sont menés en bateau depuis près de deux mois par le ministère des Infrastructures publiques. D’où la manifestation pacifique organisée vendredi dernier par les associations féminines de la région Sud, insistant pour que les autorités agissent plus vite. Cette manifestation fait suite à celle organisée dimanche dernier par les habitants des villages du Sud, qui disent ne plus pouvoir accepter< d’être des «laissés-pour-compte.»«Depi deux mois, zot pe dire pou tir ros, soi disant ban officiers pe travay d’arrache-pied. Ler guetter, ros encore pe meter dans la mer et okenn ros pa encore tirer depi falaise. Nou, dimoun qui servi sa la route-là, nou pe continn passe misère», disent-ils. Les personnes âgées des villages du Sud ont aussi effectué un sit-inpendant plusieurs jours afin d’exprimer leur ras-le-bol. «Nou napli kapav monté dessann dans contours Chamarel. Leker pe fatigué are sa! Nou pe boucou souffer», disent-ils.
Ce calvaire est, toutefois, loin d’être terminé, les travaux de purge de la falaise de Macondé devant débuter cette semaine. Dès lors, les milliers de villageois – qui préfèrent faire la route à pied, estimant que le route Chamarel plus à risques pour leur vie que les chutes de rochers de Macondé – devront obligatoirement prendre un autre, les autorités leur ayant interdit la route Macondé depuis jeudi. En effet, un communiqué du ministère des Infrastructures publiques en date du 19 juin indique que «owing to works for the removal of loose rocks, the Coastal Road at Macondé will be completely closed to traffic as well as pedestrians up to 3 july 2014.»
Selon nos informations, MT devrait terminer avec la sécurisation des câbles optiques sur la falaise, demain, pour que les officiers de la compagnie réunionnaise ROCS démarre ses travaux. Travaux qui prendront plusieurs jours, indique un haut gradé des Infrastructures publiques, soulignant la dangerosité d’un tel exercice. «Nous voulons être sûrs que les risques d’éboulements seront amoindris avec la purge de la falaise», dit-il. Face aux doléances des villageois qui s’impatientent, le ministère des Infrastructures publiques répond que«ces travaux sont conséquents. Nous ne pouvons pas rouvrir la route du jour au lendemain.»Ainsi, dès demain, des éléments de la force de l’ordre seront postés aux deux extrémités (l’une à la Prairie, l’autre à Baie du Cap) de la route Macondé pour s’assurer qu’aucun piéton n’y passe. On apprend aussi que ce n’est qu’à la lumière du rapport de ROCS – qui sera soumis après le 3 juillet, date à laquelle la purge  devrait prendre fin – que le ministère décidera de la rouverture ou non de la route.
Alors que l’option de la construction d’une nouvelle route parallèle a été adoptée et que les travaux de remblayage de la mer ont déjà démarré sur quelque 250 mètres, on apprend que dépendant des conclusions des experts de ROCS, les autorités mauriciennes décideront de la réouverture des deux-voies de Macondé, ou d’une des deux voies. Dans le cas de l’ouverture d’une des deux voies uniquement, le trafic sera alterné avec un «stop – go.»Les villageois se disent dans le flou quant aux intentions du ministère des Infrastructures publiques.«Ki fer pou dépens par millions pou construire enn nouvo la route kan zot pe dir pou tir ban ros dangereux-là?»,demandent-ils.
En effet, suivant l’avis des différents experts étrangers, dont les Réunionnais, consultés par les Infrastructures publiques, l’extension, en parallèle de la route Macondé –qui se fera, dans un premier temps, en direction de Baie du Cap, sur une distance de 250m –, devrait nécessiter un investissement d’environ Rs 65 M, requérant le remblayage de cette partie du lagon.
«Pe rempli ros dan vide. Ros pe coulé akot View Point»
Si, dans l’immédiat, les autorités se concentrent sur le remblayage de quelque 150m de la route en parallèle avec le tronçon le plus dangereux de la route Macondé, soit celle en direction de Baie du Cap, dans un 2e temps, cette route devrait aussi s’étendre de l’autre côté du View Point, en direction de La Prairie. Des sand bagsdevraient aussi être entassés le long de la route Macondé, côté route, afin de réduire les risques de chute sur la route elle-même qui servira de zone tampon.
Or les habitants de la région estiment que «pe fer travay dans vide. Zot pe rempli ros dan vide. Ros pe coulé akot View Point.»Soulignant que l’exercice est beaucoup plus difficile et plus conséquent à hauteur du View Point où la mer est très profonde, nécessitant un remblayage sur plusieurs mètres de hauteur, les usagers de la route Macondé font ressortir que «fodé pa bliyé ki ena canal là. Si met ros là, sa pou modifié courant ek li pou enn danger pou ban bateau ki pass par là.»D’autres soulignent leurscraintes de glissement de terrain au niveau duView Point, point de démarrage de la future route et où existe une cave profonde. «Terrin pe glisser aster là-même», disent-ils, exprimant leurs appréhensions quant à la sécurité concernant la route qui sera construite. Et de se demander: «eski finn fer l’étude solidité sol pou conné si kapav fer seki zot pe rod fer là?»
Route Chamarel: trafic alterné àpartir de lundi
Parallèlement, à partir de ce lundi, les feux de signalisation qui ont été installés sur la route Chamarel – où de profondes fissures ont été notées et nécessitent une consolidation – seront opérationnels. Le trafic à ce point spécifique sera ainsi alterné, le temps pour les officiers de la Road Development Authority(RDA) de s’assurer de la stabilité de ce tronçon qui connaît une circulation accrue depuis la fermeture de la route Macondé, avec notamment de nombreux poids lourds obligés de d’emprunter cette route sinueuse et très étroite. Une situation que les habitants du Sud ont maintes fois mis de l’avant, soulignant le danger auquel doivent faire face les usagers de la route: «Fodé enn bis dimoun mort lors sa simé-là pou zot compran ki pas kapav ena sa quantité circulation-là lor la route Chamarel.»Et de faire ressortir le calvaire qu’ils vivent depuis la fermeture de la route Macondé, qui a par ailleurs provoqué un ralentissement des affaires des commerces de la région. «Bizness, restaurants, marsans napli travay depi deux mois. Zenfan pa pe kapav ale lekol, pe malade are sa laroute Chamarel-là. Vié dimoun pe souffer.»Sceptiques quant à l’avancement des travaux en vue de la réouverture de la route Macondé, les habitants du Sud indiquent que«si le 3 juillet, la route pa ouvert, nou pou manifester en masse. Minis-là pa traverse là, li paconné ki nou calvaire! Ti dir nou pran impé patience, fine arriv pré deux mois, travay pa encore commencé. Aster pe dir le 3 juillet. Nou attan, si pa nanien, risqué ena désordre dans Baie du Cap.»