Face à la lenteur du début des travaux sur la route Macondé, les Forces Vives Saint-Martin/Bel-Ombre ont manifesté leur exaspération dimanche dernier. Ils s’insurgent des « zistwar » que leur content, selon eux, les autorités, qui n’ont jusqu’ici pas entrepris la purge des rochers de la falaise de Macondé, et bloquent toujours l’accès à la circulation. Cette marche pacifique des habitants du Sud devrait être suivie par une nouvelle manifestation cette semaine des taximen de la région, qui déplorent ne plus pouvoir gagner leur vie depuis le 29 avril, avec la fermeture de la route Macondé.
Cela fait près de deux mois que dure leur calvaire. Et les habitants du Sud n’en peuvent plus de devoir, en raison de la fermeture de la route Macondé, effectuer le trajet, long de plus de 2 km, à pied, ou de circuler le long de la route sinueuse et étroite de Chamarel. « Les autorités sont en train de nous mener en bateau. Nous ne pouvons pas laisser durer les choses ainsi. Dimoun Chamarel, Baie du Cap, Bel Ombre etc, pe souffer depi deux mois », disent-ils. C’est dans cette optique qu’après la marche pacifique du 25 mai dernier et le sit-in des personnes âgées durant toute la semaine écoulée, ils ont tenu une troisième manifestation dimanche dernier.
Au départ de Bel-Ombre, les membres des forces vives accompagnés de nombreux habitants du Sud, ont marché pendant plus d’une heure jusqu’à Dan Coco, Baie-du-Cap, avant de rejoindre le view point de Macondé où certains ont pris la parole pour exprimer leur exaspération. « Ti dir pou tir ros pou largue enn coté simin pou nou kapav passer. Fini arriv pré deux mois, experts encore pe vini meme », déplorent les habitants du Sud, faisant ressortir qu’en dépit des travaux de consolidation de la route de Chamarel, « sa bann contour la pli danzere pou nou la vie ».
Du côté des autorités, on fait ressortir que les travaux de purge devraient démarrer une fois que Mauritius Telecom (MT) aura sécurisé les câbles optiques sur la falaise Macondé. « On ne peut pas purger les rochers avant car cela risque d’endommager les câbles », explique-t-on. Et d’avancer que ce n’est qu’à la fin de cette semaine que les experts réunionnais de la firme ROCS, qui a obtenu le contrat pour la purge des rochers, seront à Maurice.
Là encore, il faudra attendre une nouvelle analyse de la situation sur la falaise avant que les travaux de purge démarrent. « Comié létan encore nou pou souffer », demandent les habitants du Sud, qui soulignent que depuis deux mois, les commerces ne fonctionnent plus dans la région. De même, disent-ils, outre les personnes âgées qui ont effectué durant la semaine écoulée un sit-in pour exprimer leur difficulté à voyager via la route Chamarel pour se déplacer, de nombreuses personnes sont en train de tomber malades à cause de cette situation. « Zanfan napli kapav al lekol telman lestoma viré dans bis », indiquent les parents.
Les taximen du Sud déplorent également ne plus pouvoir gagner leur vie depuis la fermeture de la route Macondé. « Au lieu de 15 minutes de trajet, nous effectuons 45 minutes de détour avec la route Chamarel. Ce n’est pas évident, surtout financièrement », disent-ils, dépités. « Pa zordi la route Macondé pou ouvert. Zot pe fer travaux lor Chamarel pou dimoun croire simin la corek pou traversé. Mais zot pe rod ferm nou la bouss parski santié Macondé na pa pou fini aster. Ros encore pe comblé. Sa pou pan plizier mois sa », estiment-ils. D’où la manifestation qu’ils projettent d’organiser cette semaine. « Ti dimoun pe souffer. Minis la pa pe guette situation lor terrain. Bizin tir sa bann ros la au plu vite parski dimoun Baie-du-Cap, Bel-Ombre, St-Martin, finn plein. Si continué, pou ena désordre », préviennent-ils.