Robert Lesage, ancien Chief Manager de la Mauritius Commercial Bank (MCB), qui a fait parler de lui dans l’affaire de détournement de fonds au National Pension Fund (NPF), a cette fois-ci été débouté en Cour industrielle dans un litige qui l’opposait à l’avoué Jean-Marie Leclézio. Il contestait un jugement de la cour lui ordonnant de payer Rs 400 000 à l’avoué, représentant des frais légaux dus et pour dommages encourus. La cour a statué que Robert Lesage n’avait pas présenté « une bonne défense » pour justifier la tenue d’un nouveau procès, renversant ainsi le verdict initial.
Robert Lesage avait soutenu dans son affidavit que ce litige avait été entendu en cour en son absence et que le jugement avait été rendu cinq ans après que l’affaire eut été logée. Robert Lesage soutenait que ni lui et ni ses représentants légaux avaient été tenus au courant de la tenue du procès. Il devait ainsi soutenir qu’il avait « une bonne défense » pour démontrer que ce verdict n’a pas lieu d’être et qu’un nouveau procès devrait être institué. Il avait fait une demande le 8 juin 2011 pour un nouveau procès après avoir pris connaissance du verdict.
Le magistrat Ramdin, dans son jugement, a trouvé que Robert Lesage n’a pu donner de bonnes raisons pour justifier la tenue d’un nouveau procès, ajoutant qu’il ne pouvait dire qu’il n’avait pas été mis au courant de la tenue du procès car la convocation avait été circulée. « This Court is of the view that irrespective of the fact that there was a long gap from the time the Argument was heard and ruling delivered and thereafter fixed for plea, the applicant cannot claim ignorance of same as there is on record the fact that a circular was issued to his counsel and attorney in the case, notifying them of the status of the case ». De plus, le magistrat a conclu que d’avoir nié avoir des dettes envers l’avoué n’est pas une bonne raison pour renverser un jugement et ordonner un nouveau procès « car il n’est pas dans l’intérêt de la justice de priver le défendeur d’un jugement valide ».