Qui a dit que le rugby n’était réservé qu’aux hommes? Lors de la troisième édition du tournoi l’AfrAsia International 7’s au Dodo Club à Curepipe, les Mauriciennes qui étaient engagées dans le rugby touch et dans le rugby plaqué, nous ont prouvé le contraire. Ces dernières ont assuré le spectacle par leur enthousiasme, leur engagement physique dans les matches et surtout, en allant remporter leur finale respective pour leur première participation à ce tournoi.
En rugby touch, on a eu droit à une finale 100 % Mauricienne entre Mo-Rugby et Mauritius Touch. Finale remportée par Mauritius Touch 5-0. Au rugby plaqué, les Mauriciennes ont été sacrées en battant les Réunionnaises des XV Dyonisien 7-5. Cet exploit confirme les ambitions de l’équipe Mauricienne du rugby plaqué, d’aller toujours plus loin. En effet, 6 mois de cela, soit en avril dernier, elles avaient pris part à leur premier tournoi international à La Réunion,tournoi  qui s’est malheureusement soldé pas trois défaites en autant de sorties pour les Mauriciennes. Depuis, elles se sont senties aguerries pour venir enlever l’AfrAsia International’s 7.
Pour arriver là où elles  sont, beaucoup d’efforts ont été fournis. Notamment, dès le début pendant la période d’initiation à cette discipline car cela n’est pas évident pour une fille de courir avec des crampons et un ballon ovale sous les bras. Et ce n’est pas Valérie Arlanda qui nous dira le contraire. « C’était difficile au commencement pour moi comme pour les autres filles. On avait toujours cette peur d’aller au contact avec une adversaire, de la plaquer ou de se faire plaquer par elle. Mais une fois lancées, nous avons fini par nous y habituer et surtout par aimer », fait ressortir l’internationale Mauricienne.  
Parlant de son aventure avec la sélection nationale, elle admet que c’est toujours une fierté de représenter son pays. « Qu’importe la discipline, c’est toujours un honneur de défendre son île à une compétition ». Mais Valérie Arlanda en veut d’avantage. « Je souhaite voir plus de femmes jouer au rugby plaqué. L’idéal serait aussi de créer plus de clubs féminins pour qu’on puisse avoir un championnat compétitif et de là, faire avancer notre niveau à Maurice », lance-t-elle avant d’ajouter qu’elle est également très fière que ses co-équipières et elle, forment une belle équipe. « C’est une petite famille que j’ai », conclut-elle.
 Ainsi, l’aventure ne s’arrête pas là ni pour les joueuses du rubgy plaqué ni pour celles du rugby touch. Toutes deux championnes en titre, les enjeux sont maintenant très grands car désormais, elles savent qu’elles ont un titre à défendre l’année prochaine. Selon Kévin Venkiah, président de la Rugby Union Mauritius (RUM), la fédération se focalisera un peu plus sur les filles. « Après ce que j’ai vu la semaine dernière, je constate qu’il y a eu un énorme progrès de leur part. Ce qui est très encourageant pour le futur. Pour qu’elles puissent avancer d’avantage, elles bénéficieront du support de la RUM. Pour les aider, nous comptons les faire participer à plus de compétitions et nous lancerons également plus de filles dans la discipline », avance-t-il.