Patrick Bradshaw, le président de la Rugby Union-Mauritius, affirme qu’en dépit de difficultés pour mener à bien les différents projets, le rugby est toujours à la « conquête » sur le terrain. À ce jour, le rugby compte plus de 700 licenciés. Le développement reste le maître mot de la RUM.
Les mondiaux néo-zélandais de rugby tenus en septembre-octobre dernier ont suscité un buzz parmi les amateurs de cette discipline puisque la Rugby Union-Mauritius a vu croître le nombre de ses licenciés. Ce qui s’annonce de bon augure pour la RUM qui veut poursuivre de plus bel la démocratisation du rugby dans les établissements scolaires secondaires et les quartiers difficiles.
Certes, tout reste encore à faire pour que ce sport collectif parvienne à atteindre les quatre coins de l’île, mais eu égard aux actions entreprises jusqu’à présent, le rugby n’a rien à envier à d’autres disciplines olympiques ou non-olympiques.
Le travail de la RUM pour mener à bien ses projets est tout à fait remarquable. Malgré le manque cruel d’infrastructures, la RUM parvient tant bien que mal à trouver des solutions afin de surmonter les épreuves.
« Nous avons connu une année 2011 bien remplie. Nous avons respecté notre calendrier à la lettre. Nous avons organisé les championnats nationaux de différentes catégories et les championnats de deuxième division. Et de l’autre côté, la RUM a aussi privilégié la formation et aussi le développement dans des quartiers (Case Noyale et La Gaulette) et collèges (St Esprit, Lycée des Mascareignes, Lycée La Bourdonnais). Ce qui est une bonne indication pour nous afin de mesurer les progrès effectués,» souligne le président de la RUM.
Celui-ci a fait mention de la participation des Western Cowboys à la Coupe des clubs champions de l’océan Indien. Soulignons que l’équipe de l’ouest, coachée par Daniel Maigrot, avait réalisé un doublé en 2011 en remportant les championnats nationaux seniors et la ligue nationale.
Il a parlé aussi de la victoire du XV de Maurice face au Nigeria dans l’Africa Cup de D1. Grâce à cette victoire, Maurice accède à la C1 africain et accompagne la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la Zambie, et le Botswana. Ce dernier accueillera d’ailleurs en juillet prochain la compétition de l’Africa Cup C1.
« C’est une autre marche franchie par l’équipe nationale. Maintenant, nous allons rencontrer des équipes mieux préparées. De ce fait, nous aussi, nous allons devoir en faire autant afin de pouvoir les rivaliser, »  avance Patrick Bradshaw.
Toutefois, ajoute-t-il, les jeunes ne seront pas en reste dans la mesure où la RUM multiplie les démarches pour permettre à l’équipe nationale des -18 ans de participer à des compétitions. À ce titre, il préconise une partipation de l’équipe à un tournoi à La Réunion en juin et également à une compétition en Afrique.
« La RUM ne veut pas se concentrer uniquement sur l’équipe seniors. Il faut aussi donner l’opportunité aux plus jeunes. C’est eux qui assurent la relève de l’équipe première. C’est la raison pour laquelle nous insistons pour faire participer nos jeunes à des compétitions même régionales,» soutient-il.
Pour 2012, Patrick Bradshaw indique que d’autres projets sont à prévoir notamment un partenariat avec le groupe Médine en terme d’infrastructures ou un autre dans le nord de l’île. Ce qui va permettre ainsi à la RUM de toucher davantage de régions pour implanter la discipline.