La magistrate Nalini Senevrayar-Cunden, siégeant à la Cour N°2 du tribunal de district de Port-Louis, a, dans un Ruling rendu ce matin, repoussé l’échéance concernant le sort de Maya Hanoomanjee pour deux mois encore. Si elle n’a pas accédé à sa motion dans laquelle Mme Hanoomanjee demandait que l’accusation provisoire logée contre elle par l’ICAC soit rayée, elle a donné à l’organisme anticorruption un délai de deux mois pour qu’il loge une charge formelle contre l’ancienne ministre de la Santé.
Maya Hanoomanjee, interpellée par les autorités durant le mois de juillet 2011, répond d’une charge provisoire de « Public official using her office for gratification ». Les enquêteurs de l’ICAC soupçonnent la prévenue d’avoir fait dans une certaine mesure du trafic d’influence lors des négociations devant mener au rachat de l’ancienne clinique MedPoint au coût surévalué, selon les estimations, de Rs 144 millions. Comme on le sait, le gouvernement envisageait de la convertir en un hôpital gériatrique.
La motion de la suspecte a été présentée déjà. Elle a été appelée le mardi 24 octobre.
L’avocat de la députée du MSM, Me Yahia Nazroo, a soutenu que l’ICAC n’est pas en mesure d’établir ce dont sa cliente est accusée. Il a, donc, demandé à la Cour de rayer la charge provisoire de « public official using her office for gratification » logée contre elle.
Le Police Prosecutor Sandoram a objecté à la motion de Me Nazroo, affirmant que le dossier est entre les mains du Directeur des poursuites publiques.