Aucune interdiction de voyager ne pèse sur Ravi Rutnah depuis ce matin. Le magistrat Prithiviraj Balluck, siégeant en cour de troisième division de Port-Louis, a en effet rendu son jugement interlocutoire dans la motion présentée par l’avocat du premier nommé, Me Steve Obeegadoo, et débattue mardi. L’homme de loi suspecté de Conspiracy to Pervert the Course of Justice et de False and malicious denunciations in writing contre la personne de John McAreavey, pourra donc quitter le pays quand il veut et se rendre où il veut.
Justifiant sa décision, le magistrat dit dans son ruling que les circonstances qui ont abouti à l’inculpation provisoire du plaignant ne nécessitent pas qu’on lui impose un Prohibition Order. Pour lui, une telle mesure aurait empiété sur sa liberté de mouvement. Le magistrat considère que l’on a affaire à quelqu’un qui est né à Maurice, qui est un Mauricien à part entière, qui travaille ici même, qui a à paraître dans des affaires jusqu’à fin 2014, qui a des liens familiaux et des propriétés immobilières à Maurice. « Je ne pense pas que c’est parce qu’il a un passeport britannique qu’il ne rentrera pas au pays », dit Prithiviraj Balluck.
La poursuite, représentée par Me Nataraj Mooneesamy, qui a contesté cette demande du prévenu, avait appelé à la barre l’inspecteur Dieudonné de la Brigade Criminelle de Port-Louis sud, qui a mis en avant les points d’objection pour que l’ordre d’interdiction de quitter le pays soit levé. L’inspecteur a ainsi soutenu que Me Ravi Rutnah possède un passeport britannique et que s’il est autorisé à quitter le pays, il risque de ne pas y retourner pour répondre aux charges retenues contre lui. L’inspecteur de police a cependant informé la Cour que l’avocat n’a jamais été poursuivi pour un quelconque délit dans le passé et a confirmé que les autres personnes impliquées dans cette affaire n’ont pas été arrêtées et ne sont pas sous un ordre d’interdiction de quitter le pays. Me Anup Goodary, qui a assisté Me Obeegadoo dans cette affaire, a pour sa part soutenu que si la police avait des doutes qu’il y a un risque d’absconding de la part de Me Rutnah, on ne lui aurait pas accordé la liberté conditionnelle.
Appelé à la barre, Me Rutnah a souligné que ses engagements professionnels l’obligent à voyager plusieurs fois par an en Angleterre mais qu’il rentre toujours au pays car il a aussi ses affaires en cour ici ainsi que sa famille et tous ses biens.
Rappelons que Me Ravi Rutnah a retrouvé la liberté provisoire vendredi dernier après sa comparution devant le tribunal de troisième instance à Port-Louis. Les limiers de la CID de Port-Louis Sud ont retenu deux accusations contre cet homme de loi dans l’enquête au sujet de l’enregistrement vidéo qui avait surgi lors du procès aux Assises pour le meurtre de Michaela Harte à l’ex-Legends Hotel le 10 janvier 2011.